DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans l'attente d'élections anticipées fin juin, l'unité des polonais endeuillés bute sur le lieu des funérailles

Vous lisez:

Dans l'attente d'élections anticipées fin juin, l'unité des polonais endeuillés bute sur le lieu des funérailles

Taille du texte Aa Aa

A Varsovie, le Premier ministre polonais Donald Tusk est venu s’incliner sur les cercueils du président Lech Kaczynski et de son épouse. La Pologne profondément meurtrie par la catastrophe de Smolensk, et la mort brutale des plus hauts dignitaires du pays. Ils sont des milliers à venir à Varsovie pour rendre hommage aux victimes.

Le deuil, et l’incertitude politique aussi. Il faudra réélire un président. On pense à une présidentielle anticipée le 20 juin, mais le chef de l’Etat par intérim, Bronislaw Komorovski préfère laisser passer les funérailles avant d’en confirmer officiellement la date.

Elles se tiendront dimanche, en présence de personnalités politiques venues du monde entier, dont les président Obama et Medvedev. Mais le lieu choisi, la cathédrale du Wawel à Cracovie, sème malheureusement la division au moment du deuil:

“Je suis une habitante de Varsovie, et je n’aime pas cette idée, le président qui résidait à Varsovie, qui y était né, aurait dû être enterré à Varsovie” estime Dabluka Jablonska.

“Moi, je trouve qu’ils l’ont bien mérité, considère en revanche Dorota Vermut. Ils sont morts alors qu’ils allaient représenter notre pays, c’est une bonne décision, je ne comprends pas ceux qui protestent… “

Beaucoup de polonais estiment en effet aujourd’hui que la décision a été prise à la hâte, et que le président Kaczynzki n’a pas sa place au Wawel, lieu historique ou reposent les rois de Pologne et le père de l’indépendance, Josef Pilsudski.