DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un avenir grâce au foot

Vous lisez:

Un avenir grâce au foot

Taille du texte Aa Aa

Certains disent que le foot, ce n’est qu’un jeu, mais à l‘école primaire Mahlasedi Masana, dans le township de Mamelodi tout près de Prétoria, c’est beaucoup plus que cela.
Le programme éducatif qui y est mis en place utilise l’enthousiasme des enfants pour le foot comme outil pédagogique. Objectif : les aider à prendre le contrôle de leur vie alors que leur quotidien est très difficile.

Comme le souligne Joe Vuma, le directeur de l‘école, “elle se trouve dans ce qui est considérée comme l’une des zones les plus pauvres du secteur pauvre. De nombreux parents des enfants de cette école n’ont pas de travail. Alors, ajoute-t-il, il est difficile pour l‘école de répondre à bon nombre de leurs besoins.”

Mais il n’y a pas que les problèmes sociaux auxquels sont confrontés ces enfants. Ils sont aussi victimes de violences d’après Kate Mokoke, entraîneur de “Street Soccer.” “L’autre problème, explique-t-elle, ce sont les abus sexuels qu’ils subissent. Ils racontent en subir beaucoup chez eux. Certains en sont victimes alors qu’ils sont à peine âgés de 6 ans.”

“Ils aiment beaucoup se bagarrer, raconte sa collègue Nosipho Mafu mais ici, au “Street Soccer”, ils peuvent se faire des amis et travailler en équipe. Parfois, explique-t-elle, ce sont les enfants qui sont responsables de leurs familles. Par exemple, cette jeune fille qui n’a pas de parents : elle doit s’occuper des plus jeunes à la maison, comme une adulte. Elle doit s’occuper d’eux et s’il n’y a pas d’argent, elle doit se débrouiller pour en trouver.”

Ce programme mené par une fondation allemande est soutenu par l’Union européenne dans le cadre de la coopération entre l’Afrique et l’Allemagne en faveur du développement. Les arts tiennent aussi une place importante dans ce projet éducatif. L’apprentissage est global d’après le directeur de l‘école.

“Ce programme est holistique, affirme Joe Vuma. Il n’est pas seulement centré sur le sport, mais aussi sur la morale et les compétences utiles dans la vie. On aide l’enfant à grandir dans sa globalité et c’est vraiment bénéfique.”

“On leur apprend les pratiques artistiques, les compétences utiles dans la vie, souligne le professeur de musique, Mabu Maholo. On leur apprend, ajoute-t-il, à développer leurs qualités de leader, on les sensibilise à la nature et à la communauté. On discute de problèmes qui touchent leurs communautés et leurs vies “

L‘école de Mahlasedi Masana est un échappatoire pour ces enfants confrontés à de nombreuses difficultés chez eux. Et le programme donne des résultats.

“Ce qui se passe ici est une réussite, affirme Kate Mokoke. Mais on est encore confronté à certains obstacles, notamment quand on doit jouer ailleurs et se déplacer pour jouer dans d’autres écoles. Parfois on n’a pas d’argent pour le transport, mais on essaie de se débrouiller. “

La joie des enfants est communicative comme le raconte une jeune joueuse, Portia. “J’adore jouer au foot avec ces enfants, dit-elle, j’aime les voir prendre du bon temps, rire et s’amuser. Je déteste voir les enfants tristes.”