Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

C’est le grand vide dans la plupart des aéroports européens ou des milliers de vol ont été annulés. Et le trafic aérien devrait être très perturbé au moins jusqu‘à samedi matin.

En fait, aucun avion ne peut décoller après l‘éruption volcanique survenue en Islande.

Un nuage de cendres a envahi le nord de l’Europe. Des cendres qui peuvent bloquer les turbines des appareils et provoquer des catastrophes aériennes.

Le point sur la situation avec notre correspondant à Bruxelles. Sergio Cantone : “c’est ici que décollent et atterrissent les avions à l’aéroport de Bruxelles. Comme vous pouvez le voir c’est totalement désert et cela restera ainsi jusqu‘à samedi matin 10 heures si tout se passe bien. Les autorités aéroportuaires ont demandé aux compagnies aériennes d’annuler leur vols au lieu de les retarder pour éviter l’attente dans les terminaux.”

Mêmes scènes de désolation à l’aéroport d’Heathrow à Londres ou l’un de nos journalistes s’est rendu sur place. Mark Davis : “Drôle d’atmosphère ici à l’aéroport d’Heathrow qui un jour normal grouillerait des voyageurs, de voitures et d’avions. Un peu plus tôt nous avons visité certains des terminaux d’Heathrow. Nous n’avons trouvé qu’une poignée, quelques douzaines de personnes tout au plus dans chaque terminal, tous fatigués d’attendre.”

Mais ces perturbations n’affectent pas que le nord de l’Europe. Ici à l’aéroport d’Istanbul, les vacanciers sont également bloqués.
Ces événements devraient coûter près de 150 millions d’euros par jour au secteur aérien.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :