DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le nuage islandais a des conséquences néfastes sur de nombreux secteurs industriels

Vous lisez:

Le nuage islandais a des conséquences néfastes sur de nombreux secteurs industriels

Taille du texte Aa Aa

Excepté le secteur du transport aérien et celui des voyagistes : deux secteurs directement touchés par les conséquences du nuage de cendres volcaniques au dessus de l’Europe; les exportateurs et importateurs de denrées périssables sont actuellement fortement pénalisés. Comme le confirme Jan Bories, un responsable cargo à l’aéroport de Bruxelles.

“Ici nous avons avec les dernières arrivées, cinq tonnes de poissons. Tout ce poisson on va devoir le détruire parce qu’il est impropre à la consommation désormais”.

Du poisson à Bruxelles mais aussi des fleurs; beaucoup de fleurs à Tel Aviv en Israël; grand producteur tout comme le Kenya. Ces fleurs devaient atteindre le marché hollandais oú elles devaient être distribuées dans le reste de l’Europe mais aussi aux Etats Unis. Le manque à gagner – producteurs, intermédiaires, fret et distribution – est très important.

“Nous avons ouvert une partie des conteneurs de fleurs et nous nous sommes aperçu, affirme Haim Hadad, exportateur de fleurs à Tel Aviv, que la température dépassait les 30 degrés, ce qui veut dire qu’on doit tout détruire. ça représente une énorme somme d’argent”.

Dès qu’elle dépasse le niveau local, l’activité commerciale risque d‘être handicapée à plus ou moins long terme en Europe; comme le reconnaît Rainer Brüderle, le ministre allemand de l’Economie
“Il est évident que si le trafic aérien ne fonctionne pas correctement, les opérations de logistique et de vente sont perturbées. C’est pourquoi j’ai décidé, au sein de mon ministère, de la mise en place d’une mission dédiée à ce problème.”

Il est clair que de nombreux secteurs industriels européens dépendent du bon fonctionnement du trafic aérien et que si la situation devait s‘éterniser…..“si ceci devrait durer, explique l’analyste Marc Touati, alors là, il y aurait de vraies conséquences économiques. Sachant que la croissance économique est déjà très faible aujourd’hui en Europe. On a pas besoin de ça.”

La crise financière, suivie d’une crise économique dont elle voit juste la sortie; l’Europe qui est depuis peu soumise à la crise financière grecque n’avait pas besoin de ça effectivement.