DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Volcan : les compagnies demandent le réouverture des espaces aériens

Vous lisez:

Volcan : les compagnies demandent le réouverture des espaces aériens

Taille du texte Aa Aa

Toujours beaucoup d’incertitude dans le ciel, après 4 jours de paralysie du trafic aérien provoqué par l‘éruption d’un volcan islandais.

Une situation qui exaspère de plus en plus les compagnies aériennes qui perdent près de 150 millions d’euros chaque jour. Convaincues que les poussières volcaniques sont sans danger pour les avions, elles ont multiplié les vols d’essai ce dimanche.

Pour le commissaire européen en charge des transports, la situation devient intenable.

“Il est évident que cette situation ne peut pas durer éternellement”, a déclaré Siim Kallas. “On ne peut pas aller de l’avant, et attendre que le nuage de cendres finisse par disparaître.”

50% du trafic européen pourrait reprendre normalement dans la journée, alors que le volcan continue de cracher des cendres. Les usagers sont plutôt partagés à l’idée de reprendre l’avion, en attendant les résultats définitifs des tests.
“Je ne sais pas trop, j’ai entendu dire qu’il n’y avait pas de problème pour les avions, alors ça dépend. Il faudrait d’abord que je parle avec quelqu’un de la compagnie, mais peut-être, oui, que je prendrai l’avion”, déclare l’un d’eux.

“Si Eurocontrol publie un communiqué de presse officiel disant qu’il n’y a pas de problème de sécurité, alors je pourrais peut-être reconsidérer la question. Mais après toutes ces cendres et ce soufre engendrés par le volcan, après tout ce ramdam, je ne sais plus trop à qui faire confiance”, affirme un autre.

Car le volcan islandais rejette sans relâche d‘épais nuages de cendre dans le ciel, avec une intensité encore jamais atteinte ces deux derniers jours. Le nuage pourrait même gagner en densité demain. Le risque pour le trafic aérien serait d’autant plus grand que la zone de danger serait limitée. La plus grande partie de l’Europe pourrait ainsi se retrouver à l’abri, en raison des changements de courants aériens. Mais seulement à partir de jeudi.