DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le trafic aérien reprend, le système D perdure

Vous lisez:

Le trafic aérien reprend, le système D perdure

Taille du texte Aa Aa

Si l’urgence consiste à relancer les programmes de vols, certains ont déjà sorti la calculatrice pour mesurer le coût du préjudice : on parle de plusieurs centaines de millions de dollars. Les compagnies aériennes et les aéroports font grise mine. Ce qui agace encore plus les professionnels du secteur, c’est apparemment le manque de coordination au niveau européen, le fait que les aéroports aient rouvert en ordre dispersé.

“Nous sommes ravis de la décision des ministres d’avoir fait machine arrière en réduisant les zones d’exclusion aériennes”, explique David Hederson, de l’association des compagnies aériennes européennes. “En revanche, ajoute-t-il, ce qui nous plait moins, c’est la manière dont cela s’est traduit ce mardi. Il n’y a eu aucune coordination”.

Vu du côté des voyageurs, les choses sont encore loin d‘être normalisées. Et c’est toujours le système D qui prévaut : location de voiture, liaison ferroviaire ou transfert par autocar.

“Je vais d’abord à Copenhague, raconte Satu, touriste finlandaise. De là, j’irai à Stockholm. Ensuite je dois prendre un ferry pendant une nuit pour rejoindre la Finlande. Mais d’abord, on s’apprête à rouler pendant plus de 40 heures !”

A travers l’Europe, ce sont donc encore des centaines de milliers de touristes qui essayent de s’organiser pour rentrer chez eux. On est parfois très loin des trajets directs proposés en temps normal par le transport aérien ! Ainsi cette touriste américaine en provenance d’Italie. Elle raconte : “nous sommes allés en voiture de Florence à Ancône, puis on a pris le ferry jusqu‘à Athènes. Là, on a trouvé un vol pour Tel-Aviv. Et de Tel-Aviv, on prendra un avion pour New-York. On ne sera sans doute pas rentrer avant jeudi !”

plus d’informations