DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enième crise politique en Belgique

Vous lisez:

Enième crise politique en Belgique

Taille du texte Aa Aa

La Belgique paye une nouvelle fois ses problèmes linguistiques entre francophones et néerlandophones. Les Libéraux flamands ont divorcé de la coalition au pouvoir dirigée par Yves Leterme, et cela à seulement deux mois de la présidence de l’Union européenne qui doit revenir à la Belgique. Le Premier ministre a présenté la démission de son gouvernement au roi mais Albert II a décidé de réserver sa réponse.

Les Flamands veulent supprimer une grande partie des droits linguistiques spécifiques accordés aux francophones qui vivent dans la banlieue de Bruxelles, côté Flandre. Et faute de trouver un accord après une semaine de tractations, les Libéraux flamands ont claqué la porte du gouvernement. “En retirant notre confiance au gouvernement Leterme, a expliqué le chef du parti libéral flamand, nous voulons mettre le maximum de pression afin que chacun prenne ses responsabilités. Il faut trouver une solution sur le statut de l’arrondissement de Bruxelles-Halle-Vilvorde”.

La question empoisonne la vie politique belge, à tel point que cette coalition n’aura tenu que cinq mois. Et Yves Leterme en est à sa troisième démission en tant que chef du gouvernement. Si le roi des Belges se voit contraint d’accepter cette démission, des législatives anticipées devront être organisées. La vie institutionnelle est bloquée pour le moment. Les députés belges devaient se prononcer ce jeudi sur une loi visant à interdire le port de la burqa dans les lieux publics. Le vote a été reporté.