DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La mission allemande en Afghanistan de plus en plus impopulaire

Vous lisez:

La mission allemande en Afghanistan de plus en plus impopulaire

Taille du texte Aa Aa

En septembre 2009 à Kunduz s’est joué un drame qui a beaucoup fait pour l’impopularité de la mission allemande en Afghanistan.

On estime que jusqu‘à 140 civils afghans ont alors été tués lors d’une frappe aérienne sur un convoi
transportant de l’essence attaqué, dit-on, par des Taliban.

Responsable de ce raid, un officier allemand de la Force internationale en Afghanistan.

Avec 4.500 soldats mobilisés, l’Allemagne a le troisième plus gros contingent en Afghanistan. 43 militaires sont morts au combat depuis le début des missions.

Notre reporter en Afghanistan est parti de Kaboul pour rejoindre la zone d’opérations des troupes allemandes, via Mazar-e-Sharif où il y a une semaine, quatre nouveaux soldats allemands sont morts au combat.

Les troupes allemandes sont chargées ici de la reconstruction et du contrôle de plusieurs points de passage vers ce territoire du nord régulièrement cible d’attaques de Talibans.

C’est sur ces routes notamment que des convois allemands ont été attaqués au début du mois.

La Bundeswehr s’occupe par ailleurs de la gestion d’une école de police pour les Afghans… Les recrues ne sont pas les meilleures, mais on fait avec :

“Il faut revoir nos ambitions à la baisse, explique cet officier allemand. On ne peut s’attendre à avoir ici des officiers de police aussi bons qu’en Allemagne”.

Apprendre aux Afghans l’usage de la force, c’est une méthode, tenter d’amadouer l’insurrection, c’est à dire les Talibans, en est une autre, et c’est la politique de la main tendue choisie par Hamid Karzaï, le président afghan.

Il y a dix jours il s’est adressé aux Talibans, leur promettant que sa porte leur était ouverte et qu’ils pouvaient venir lui dire leurs revendications, mais sans violence, et sans destruction.

Mais l’Otan pour sa part continue de vouloir mobiliser des hommes… L’Allemagne vient de rejeter la possibilité d’envoyer en Afghanistan 2.000 soldats supplémentaires.