DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Témoignage de victimes d'abus sexuels dans les années 60 en Italie

Vous lisez:

Témoignage de victimes d'abus sexuels dans les années 60 en Italie

Taille du texte Aa Aa

Ils ont brisé la loi du silence et racontent les abus sexuels dont ils disent avoir été victimes, dans les années 60. Ces anciens pensionnaires de l’Institut catholique pour enfants sourds muets Antonio Provolo à Vérone en Italie dénoncent les actes pédophiles de 24 religieux.

“Les rapports sexuels ont commencé quand j’avais 11 ans, confesse Gianni Bisoli. Ca s’est passé dans les dortoirs, dans les toilettes. On était souvent sodomisé dans les toilettes. Ca a continué pendant 4 années. Un des prêtres me disait : n’en parle pas.”

“Je veux juste que ces prêtres soient renvoyés. Je veux que justice soit faite, déclare Dario Laiti.”

Mettre fin à l’impunité, c’est aussi ce que beaucoup de personnes souhaitent en Allemagne. Le pays est secoué par plusieurs scandales de pédophilie depuis le début de l’année, notamment dans des établissements jésuites. Même le prestigieux collège berlinois Canisius, réservé à l‘élite, n’a pas été épargné. L’Ordre des Jésuites affirme regretter de ne pas avoir pris plus au sérieux une lettre d‘élèves faisant allusion aux abus en 1981.

“C’est atroce, raconte Friedrich Stolze, directeur de l‘école Sankt Ansgar. J’ai eu la mère d’une victime au téléphone qui m’a dit que son garçon, qui doit avoir aujourd’hui 40 ans, a une maladie psychiatrique sérieuse. J’ai parlé directement à la victime. J’ai honte de mon école. C’est simplement terrible”.

Benoît XVI a beau qualifier les actes pédophiles de crimes odieux, honteux et affirmer “vouloir que les injustices du passé soient réparées”, certains mettent en cause directement la responsabilité du Pape, notamment lorsqu’il était le cardinal Ratzinger. Dans une lettre datant de 1985, le cardinal qui était à la tête de la Congrégation de la Doctrine de la foi, l’organe de surveillance de l’Eglise, déconseille pour “le bien de l’Eglise”, la destitution d’un prêtre pédophile à Oakland, en Californie. Le prêtre, Stephen Kiesle, demandait lui-même à quitter la prêtrise.

“Tout avançait très lentement, affirme l’ancien évêque d’Oakland, John Cummins. Bien sûr, le Cardinal Ratzinger n‘était pas sur le devant de la scène quand nous avons commencé à nous occuper du dossier Kiesle. Quand il a pris le relais à la tête de la congrégation, je pense qu’il a suivi les pratiques qui prévalaient à l‘époque, car le pape Jean-Paul II freinait ce type d’affaires. On ne quittait pas la prêtrise à l‘époque.