DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La "mère du Reich", candidate d'extrême-droite captive les médias autrichiens

Vous lisez:

La "mère du Reich", candidate d'extrême-droite captive les médias autrichiens

Taille du texte Aa Aa

Les Autrichiens sont appellés demain à choisir leur président, et parmi les trois postulants, c’est la candidate de l’extrême-droite qui accapare toute l’attention des médias.

Barbara Rosenkranz, 51 ans, 10 enfants, incarne l’aile la plus conservatrice du FPÖ. elle est anti-européenne, anti-immigrés, anti-féministe, et remet en cause les lois qui interdisent les groupes nazis et la négation de l’Holocauste. Son mari a fondé de son coté un parti néo-nazi, aujourd’hui interdit en Autriche. Partout où elle passe, elle déclenche les passions :
“Je me sens réconfortée dans mon opinion, dit-elle dans un meeting, il y a un immense fossé entre la classe politique – et s’il vous plait regardez ceux qui les suivent – et la population, les citoyens.”
A chacun de ses meetings, ses détracteurs font entendre leur voix. Barbara Rosenkranz ne devrait pas dépasser les 20% demain.

Le favori, c’est le président sortant Heinz Fisher. Le social démocrate est donné largement vainqueur d’autant qu’il jouit d’une grande popularité en Autriche.

Son rôle est pourtant purement symbolique, car en Autriche comme en Allemagne, c’est le chancelier qui dirige le pays. C’est sans doute pour cela que le profil controversé de Barbara Rosenkranz apporte un peu de piment à cette élection. Même si le score de l’extrême-droite sera encore une fois observé avec attention.