DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Aide à la Grèce : l'Allemagne exige un nouveau plan d'économies

Vous lisez:

Aide à la Grèce : l'Allemagne exige un nouveau plan d'économies

Taille du texte Aa Aa

Une mise au point très évasive d’Angela Merkel… Taxée d’intransigeance, la chancelière allemande s’est exprimée sur le dossier grec. Oui, l’Allemagne participera au plan d’aide à la Grèce s’il s’avère indispensable, mais pas dans n’importe quelles conditions :

“Maintenant, il est important que la Grèce prouve de façon crédible qu’elle est prête à s’engager sur le chemin d’un redressement économique et financier durable. Cela ne prendra pas qu’une année. Le FMI négocie généralement des programmes sur trois ans”, a-t-elle expliqué.

Pour décrocher 45 milliards d’euros de prêts cette année et échapper à la banqueroute, la Grèce va donc devoir se serrer davantage la ceinture. Et tandis que le FMI et l’Union européenne négocient avec Athènes les nouvelles réformes à mettre en route, les dockers ont bloqué ce lundi les plus grands ports du pays. Il redoutent des mesures qui les exposeraient à la concurrence étrangère.

Confrontée à un déficit de 13,6% et une dette de 300 milliards d’euros, Athènes n’en finit plus d‘être la cible des spéculateurs. Et c’est désormais à des taux record excédant les 9% qu’elle doit emprunter sur les marchés financiers.
Le Premier ministre George Papandreou en est quitte pour un nouveau tour de vis et tente de convaincre ses concitoyens de la nécessité de nouvelles réformes pour décrocher le plan salvateur.
Seulement voilà, pour de nombreux Grecs, la coupe est pleine. Et ce lundi, ce sont les dockers du port du Pirée qui ont cessé le travail et bloqué les navires, pour protester contre une mesure qui les exposerait à la concurrence étrangère.