DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Conseil de l'Europe fait campagne contre la fessée

Vous lisez:

Le Conseil de l'Europe fait campagne contre la fessée

Taille du texte Aa Aa

La fessée : une pratique qui a la vie dure. Dénonçant un châtiment d’un autre âge, les antis ont investi le Conseil de l’Europe et sont bien décidés à la faire interdire jusque dans les foyers. Depuis deux ans, le Conseil de l’Europe mène campagne pour que l’ensemble de ses 47 Etats membres imitent les 20 pays l’ayant déjà bannie, fessée parentale comprise. Mais en France, on se méfie largement de l’amalgame entre la petite tape symbolique et la maltraitance.

“Je suis pour. Mais oui, c’est bien une petite fessée parfois”, explique une mère.

“A cinq ans, une petite fessée, cela peut remettre les choses en place”, déclare un autre.

Pour la militante anti-fessée Elisabeth Dahlin, les moeurs doivent évoluer et pour cela, il faut en passer par une interdiction :

“Je pense que l’on peut comparer cela au port de la ceinture dans la voiture. Vous instaurez un cadre légal et ça fait évoluer plus ou moins vite les mentalités.”

La députée française et pédiatre Edwige Antier a déposé en janvier une proposition de loi en ce sens. Elle invoque le droit de l’enfant à un éducation non violente.

“Dès lors que vous levez la main, vous avez perdu l’autorité et en plus vous effacez la capacité de votre enfant à vous prendre pour un guide. L’enfant n’a pas besoin d’un chef, il a besoin d’un guide”, assure-t-elle.

A en croire une récente étude américaine, la fessée aurait tendance à rendre les enfants plus agressifs.