DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise grecque provoque la nervosité des marchés

Vous lisez:

La crise grecque provoque la nervosité des marchés

Taille du texte Aa Aa

La crise grecque continue de semer le trouble sur les places financières. Et à Athènes, c’est toujours la colère. Ce mardi, plusieurs milliers de personnes étaient rassemblés devant le parlement pour dénoncer les mesures d’austérité du gouvernement. Au même moment, nouveau coup dur pour l‘économie grecque : l’agence de notation Standard and Poor’s a abaissé la note du pays en catégorie spéculative.

Pour essayer d’apaiser les tensions, le président de la Banque centrale européenne (BCE) et celui de l’Union européenne sont montés au créneau. Herman Van Rompuy a d’ailleurs annoncé la tenue d’une réunion de l’eurogroupe, le 10 mai prochain pour approuver le versement d’une aide à la Grèce.

Mais cela ne suffit peut-être pas pour enrayer la spirale. Francis Lun, analyste financier à Hong-Kong, parle d’un effet domino en Europe. “Après la Grèce, dit-il, il y aura le Portugal, puis l’Espagne. Et cela risque de tirer vers le bas les marchés financiers à travers le monde”. D’ailleurs ce mercredi, les bourses asiatiques ont enregistré des séances de repli. Orientation à la baisse, également sur les places européennes. Autant de signe de la nervosité ambiante…

Au Portugal, les autorités se veulent rassurantes, même si la situation est également tendue. Lisbonne a vu ce mardi la note de sa dette abaissée. Le pays a été sommé de réduire sa dette qui s‘élève à près de 10% du PIB.