DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vote préliminaire au Parlement européen : pas plus de 48 heures de travail pour les routiers indépendants

Vous lisez:

Vote préliminaire au Parlement européen : pas plus de 48 heures de travail pour les routiers indépendants

Taille du texte Aa Aa

Pour les routiers venus manifester à Bruxelles, permettre aux chauffeurs indépendants de travailler plus de 48 heures par semaines serait une grave erreur. Une commission spécialisée du Parlement européen vient de leur donner raison. Mais rien n’est encore joué. Un vote en session plénière aura lieu au mois de juin. Les manifestants ont, eux, mis en garde contre les dérives d’une telle dérogation.

“Il fait le même boulot que le chauffeur, seulement en indépendant, et il facture ses frais à la société, mais cela l’autorise à faire 86 heures par semaine, et la différence, c’est aussi la sécurité et la concurrence déloyale vis-à-vis des chauffeurs routiers employés”, explique un manifestant.

C’est une directive européenne qui limite le temps de travail des camionneurs. Sa modification permettrait en effet aux indépendant de travailler jusqu‘à 86 heures par semaine. Outre les risques de dumping social se pose la question de la sécurité.

“C’est franchement dangeureux. Vous ne devriez pas avoir à vous demander lorsque vous roulez sur l’autoroute si l‘énorme camion derrière vous est conduit par un chauffeur employé – qui est reposé – ou par un chauffeur indépendant qui a travaillé 84 ou 86 heures cette semaine. C’est réellement dangereux.”

Mais pour la Commission européenne et les eurodéputés favorables à ce régime différent, c’est une question de principe. L’activité des chauffeurs à leur compte ne doit pas être entravée, surtout en ces temps de crise.

“L’objectif principal de cette directive est de protéger les employés. Or je suis fermement convaincue que les travailleurs indépendants n’ont pas besoin d‘être protégés contre eux-mêmes”, martèle l’eurodéputée conservatrice Edit Bauer.

L’Union européenne compte près de deux millions de conducteurs professionnels travaillant dans le transport de marchandises, et 31% ont le statut d’indépendant.