DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Belgique : "la burqa est d'abord un signe politique"

Vous lisez:

Belgique : "la burqa est d'abord un signe politique"

Taille du texte Aa Aa

Atteinte à la liberté d’expression, discrimination, “acharnement” envers la minorité musulmane.. En Belgique, les détracteurs de l’interdiction du voile islamique intégral fustigent la proposition de loi votée jeudi par les députés. Elle interdit le port de vêtements qui empêchent l’identification d’une personne dans l’espace public, autrement dit la burqa ou le niqab.

Pour David Nichols d’Amnesty International, “Cela réduit sévèrement les droits à la liberté d’expression et de religion. C’est un dangereux précédent pour d’autres pays européens, maintenant.”

La proposition de loi a été adoptée à l’unanimité moins deux abstentions à la Chambre des Représentants. Elle émane des libéraux francophones (MR, Mouvement Réformateur). Selon eux, des centaines de femmes portent le voile intégral en Belgique et cette pratique s‘étend. Daniel Bacquelaine, (MR) : “Nous soutenons bien sûr la liberté de religion et d’expression. Mais je pense que la burqa n’est pas un signe religieux, c’est un signe politique avant tout.”

Au sein de la communauté musulmane, on dénonce un acharnement. L’exécutif des Musulmans qui représente officiellement cette minorité, a appelé les femmes concernées à utiliser tous les recours légaux possibles pour contester le texte.

La France prépare elle aussi un projet de loi sur cette question. D’après le Figaro, les autorités prévoient une amende de 150 euros pour les personnes qui dissimulent leur visage dans l’espace public et jusqu‘à un an de prison et 15.000 euros d’amende pour celles qui les y obligent.