DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grande-Bretagne : l'opposition joue le couplet de la criminalité

Vous lisez:

Grande-Bretagne : l'opposition joue le couplet de la criminalité

Taille du texte Aa Aa

La question sécuritaire fait toujours surface lors des élections, et la Grande-Bretagne ne fait pas exception.
L’opposition conservatrice, comme certains médias, joue beaucoup sur le couplet de la Grande-Bretagne “brisée”, en perte de vitesse. Selon eux la société devient de plus en plus dangereuse et de plus en plus désagréable.

Mais au juste à quel point la Grande-Bretagne est-elle “brisée” ?

Depuis le pic de 1995, la criminalité a chuté de 45%. Les incidents violents ont baissé de 49% sur la même période.
Mais paradoxalement, les trois quarts des britanniques pensent que la situation est bien pire qu’auparavant au niveau nationale. Un tiers affirme que la criminalité a augmenté dans son quartier.

“Il y a toujours eu cette disparité entre ce qui se passe en terme de criminalité et la manière dont les gens le perçoivent. Il y a aussi l’amplification des médias. Les grosses histoires font toujours la Une”, explique le criminologiste Jason Roach

L’utilisation plus étendue des caméras de surveillance ont attiré l’attention du public. Autrefois, les vidéos de bagarres ou de crimes étaient bien moins fréquentes, et les incidents n‘étaient relayés que par les journaux locaux. Désormais les images sont montrées à la télévision nationale.
Les marches de soutien aux victimes permettent d’unir les communautés locales face à la douleur…

Une série de méfaits à l’arme blanche à Londre en 2008 est restée à la une des faits divers pendant des semaines
Statistiquement les homicides à l’arme blanche étaient en recul cette année là.

Face à la criminalité et à la délinquance, l’une des premières mesures des Travaillistes au pouvoir fut de mettre en place l’ASBO pour juguler le comportement anti-social. L’ASBO permet de restreindre les droits des délinquants et de certains type de criminels

“Un ASBO, un ordre pour Comporterment anti-social, peut-être à peu près ce que vous voulez. l’ASBO légifère contre n’importe quel comportement anti-social, et donc bien sûr cela dépend de la définition que vous donnez à comportement anti-social. Que ce soit le bruit, la drogue, la boisson, les fêtes trop tardives, … et le fait de traîner ou de zoner, tout cela peut-être considéré comme un comportement anti-social”, assure Claire Vanneck étudiante en criminologie.

“Un ASBO ne criminalise pas un jeune, sauf si l’ASBO n’est pas respecté. Disons qu’un ASBO soit ordonné après des nuisances dans un quartier, beaucoup de bruit, de tapage, mais cela n’a rien d’un comportement criminel. Mais si l’ASBO est violé, cela devient une infraction pénale. Bref, ce qui se passe réellement c’est que des jeunes personnes se retrouvent dans le système judiciaire alors qu’elles n’auraient jamais du s’y retrouver”, dit la sociologue Pamela Fisher.

Les Travaillistes sont arrivés au pouvoir en 1997 en promettant de s’attaquer à la criminalité et à ses racines.
Pour ceux qui avaient déjà un casier judiciaire, le risque de se retrouver en prison est devenu plus grand.

“Ces douze dernières années, les Travaillistes ont envoyé de plus en plus de personnes en prison et la population carcérale a doublé en quinze ans. Le gouvernement travailliste met plus de gens derrière les barreaux pour prouver qu’ils s’attaquent au crime. Que cela change le comportement des délinquants est tout à fait discutable”, analyse Charlotte Bilby, criminologue.