DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

José Socrates : "l'attaque des marchés est sans fondement"

Vous lisez:

José Socrates : "l'attaque des marchés est sans fondement"

Taille du texte Aa Aa

Le premier ministre portugais José Socrates a dénoncé vendredi au parlement portugais je cite : “l’attaque des marchés dirigée contre le projet européen : une attaque sans fondement et qui vise l’euro dans son ensemble et la dette souveraine de plusieurs pays, selon le chef du gouvernement portugais.
Le Portugal est considéré comme le deuxième maillon faible de la zone euro; sa note souveraine a été dégradée mardi par l’agence de notation Standard and Poor’s. Depuis, le gouvernement a décidé d’accélérer la mise en oeuvre de son programme d’austérité. Ce plan de rigueur, doit permettre au pays de ramener un déficit record de 9,4% du Produit intérieur brut l’an dernier sous la limite européenne autorisée de 3% d’ici 2013.

Euronews
“Pour parler avec nous de cette problématique, nous sommes en relation à Lisbonne avec Eduardo Catroga, économiste et ancien ministre des finances portugais.
Bonjour professeur. Pouvons-nous comparer la situation du Portugal et de l’Espagne avec ce qui se passe en Grèce ?

Eduardo Catroga
Les situations du Portugal et de l’Espagne sont différentes de la situation gecque qui est basée sur un sérieux problème de liquidités. Mais il y a effectivement des aspects similaires qui ont plus à voir avec un problème structurel lui-même relatif à la dette extérieure.

Euronews
Plus particulièrement dans le cas portugais, hier le gouvernement a réaffirmé son engagement à plusieurs projets ambitieux comme le train à grande vitesse Lisbonne-Madrid et le nouvel aéroport de Lisbonne. Le pays a-t-il les moyens d’investir dans ces grands chantiers ?

E. Catroga
Le gouvernement – à commencer par le premier ministre – a quelques problèmes à réaliser ce que le contexte financier international a modifié depuis 2008/2009.
L’information selon laquelle le gouvernement colle toujours à des projets qui peuvent être rentables sur une période de 20 ans mais pas dans les cinq ou dix prochaines années, n’est pas une bonne nouvelle.
Le gouvernement doit être cohérent. Ils devra prendre des mesures avec une hausse des taxes comme la TVA. Il demandera au peuple portugais de faire des sacrifices mais en même temps il devra réduire les dépenses.
Nous sommes à un moment oú les principaux responsables politiques doivent tous faire un effort pour défendre la stabilité monétaire mais ce ne sera pas suffisant. Les gouvernements doivent aussi faire leur travail”.