DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cure d'austérité: la bataille des Grecs ne fait que commencer

Vous lisez:

Cure d'austérité: la bataille des Grecs ne fait que commencer

Taille du texte Aa Aa

Résister à la thérapie de choc du gouvernement grec : c’est l’objectif des syndicats qui ont mobilisé les foules en ce 1er mai, un test avant la grande grève générale des secteurs publics prévus mercredi prochain.

Plusieurs milliers de Grecs se sont rassemblés dans le centre d’Athènes pour dénoncer les sacrifices exigés par le FMI et l’Union européenne en échange d’une importante aide financière.

“Le 1er mai est un avant goût des batailles qui nous attendent,explique un manifestant, parce que les droits des travailleurs sont aujourd’hui menacés.”

Vendredi, avant de s’adresser à ses concitoyens, le Premier ministre George Papandréou a pris les devants en annonçant aux parlementaires que “la survie de la nation” dépendait de nouvelles mesures d’austérité.

Ces économies sont nécessaires pour obtenir 45 milliards d’euros d’aide qui vont permettre à la Grèce de rembourser sa dette colossale.

L’accord entre Athènes, le FMI et l’Union européenne qui permettra de débloquer les crédits devrait être conclu demain lors de la réunion de l’Eurogroupe.

Selon des syndicalistes, ces économies pourraient atteindre 25 milliards d’euros en deux ans.

Il s’agirait d’un effort de rigueur sans équivalent dans la zone euro.