DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hausse des recettes et réduction des dépenses pour l'Etat grec

Vous lisez:

Hausse des recettes et réduction des dépenses pour l'Etat grec

Taille du texte Aa Aa

L’accord passé entre Athènes, l’Union européenne et le Fonds monétaire international implique de nouveaux grands chambardements dans la vie des Grecs.

Le principal taux de TVA devrait passer de 21 à 23 %. En mars, la TVA avait déjà augmenté de deux points.
Les prix de l’essence, du tabac et de l’acool vont prendre une claque. Les taxes grimpent de 10%.

Le gouvernement devrait instaurer un âge minimum de départ à la retraite. Plus de régimes spéciaux, tout le monde devra partir au minimum à 60 ans et avoir cotisé pendant 40 ans d’ici 2015.

Pour diminuer ses dépenses, Athènes compte geler les salaires du secteur public jusqu’en 2014,
et supprimer les 13ème et 14ème mois de salaires des fonctionnaires et des retraités.

Pour les salariés, cette mesure serait compensée par une prime de 1.000 euros pour tous ceux qui gagnent moins de 3.000 euros par mois.

Pour les retraités du public et du privé, elle sera compensée par uen prime annuelle de 800 euros pour les retraites de moins de 2.500 euros.

Les allocations destinées à la fonction public vont encore baissé de 8%, après une coupe déjà drastique en mars.

Ce second plan d’austérité doit permettre de réaliser des économies supplémentaires de 30 milliards d’euros sur trois ans. En mars, le premier plan devait permettre de réaliser 4,8 milliards d’euros d‘économies.

L’objectif est de ramener le déficit public de la Grèce à 2,6% du PIB d’ici fin 2014, soit en dessous du seuil européen.

Mais malgré les deux plans d’austérité du gouvernement Papandréou, la dette publique du pays devrait encore continuer à grimper jusqu’en 2013 pour atteindre 149% du produit intérieur brut.