DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

GB : le coup de poker des travaillistes pour rester au pouvoir

Vous lisez:

GB : le coup de poker des travaillistes pour rester au pouvoir

Taille du texte Aa Aa

En Grande-Bretagne, quatre jours après les élections législatives, les travaillistes ont tenté un coup de poker. Leur chef, Gordon Brown, a annoncé ce lundi qu’il allait passer la main. A l’automne, il quittera la direction du parti. But de la manoeuvre : faciliter un accord avec les libéraux-démocrates. C’est d’ailleurs l’autre annonce du jour : la tenue de négociations formelles avec le parti centriste de Nick Clegg.
Devant les journalistes réunis au 10 Downing Street, Gordon Brown a lancé : “comme vous le savez, les discussions entre les libéraux démocrates et les conservateurs n’ont pas abouti”. Et d’ajouter : “M.Clegg vient de nous faire savoir que, tout en voulant poursuivre son dialogue avec les conservateurs, il souhaite désormais mener des négociations formelles avec le Labour”.

Voilà maintenant plus de trois jours que les conservateurs de David Cameron et les libéraux-démocrates de Nick Clegg essaient de trouver une plate-forme d’entente pour former une coalition. Avec, à présent, l’entrée en scène des travaillistes, le jeu est encore plus ouvert pour les “Lib Dems”.

“C’est la plus grande opportunité pour les libéraux démocrates de mettre en oeuvre leur programme, et ils ne veulent pas rater cette occasion, commente Lembit Opik, ancien parlementaire. D’après moi, les points d’achoppement avec les conservateurs concernent l’immigration, la réforme du système électoral, l’Europe et le remplacement des armes nucléaires. Je ne sais pas où on en est sur ces points-là. Mais ce qui est sûr, c’est que Nick sait qu’il est en train d‘écrire une page d’histoire”.

Théoriquement, les partis ont jusqu’au 25 mai pour s’entendre. C’est à cette date que la Reine doit présenter au Parlement, le programme du nouveau gouvernement. Mais pas sûr que l’opinion publique et surtout les marchés financiers aient la patience suffisante pour supporter cette période d’incertitude pendant deux semaines.