DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La révolution des ampoules à basse consommation

Vous lisez:

La révolution des ampoules à basse consommation

Taille du texte Aa Aa

Finies les ampoules à incandescence. D’ici 2012, les lampes à filament devraient avoir complètement disparu en Europe au profit des ampoules à basse consommation. Le but : réaliser une économie d‘énergie de 40 térawattheures, autrement dit 10 fois la consommation annuelle d‘électricité des habitants de Paris. Cela réduirait aussi de 15 millions de tonnes les émissions de CO2.

En France, une filière de recyclage a été mise en place pour récupérer et valoriser ces nouvelles lampes, qui ont envahi le marché.

“En France, nous en sommes à 4000 tonnes de lampes, de tubes fluorescents recyclés l’an dernier, ce qui représente à peu près un tiers du nombre de lampes et de tubes fluorescents qui sont arrivés en fin de vie l’an dernier. Donc, au bout de deux ans de filière un tiers du gisement des lampes a été recyclé dans la fabrication de produits neufs”, indique Hervé Grimaud, le directeur de Récylum, chef d’orchestre de la filière de recyclage.

Les ampoules à basse consommation sont en moyenne trois fois plus chères à l’achat, mais à long terme, elles permettraient aux ménages d‘économiser 50 euros par an. Un nouveau mode d‘éclairage que cette habitante de Troyes vient juste d’adopter.

“On est censé s’y retrouver sur la facture d‘électricité”, explique Delphine Olivier, “et puis, ça reste encore raisonnable comme investissement”.

Mais le geste écologique ne s’arrête pas là. Grâce à ce site internet, http://www.malampe.org , Delphine pourra trouver l’un des 5000 points de collecte pour se débarrasser de ces nouvelles ampoules, lorsqu’elles auront rendu l‘âme.

Car Récylum, l‘éco-organisme en charge du recyclage, compte d’abord sur les usagers. L’objectif : recycler 65 % du parc fluorescent arrivé en fin de vie d’ici 2016.

Edwige Cammal est la gérante d’un supermarché qui fait office de point de collecte : “dans ce point de collecte, on a des alvéoles en carton qui permettent aux clients de déposer leurs ampoules à basse consommation, mais, comme vous pouvez le constater, le réflexe c’est encore de mettre tout type d’ampoule”.

Le message n’est pas toujours clair pour les usagers. Dans le doute, il faut donc se fier à un symbole, une poubelle barrée : dans ce cas, l’ampoule ne doit pas finir avec les ordures ménagères.

Rencontrée dans le supermarché, cette femme fait amende honorable : “je ne fais pas le tri sélectif, j’achète des ampoules normales et voilà. Je sais que c’est mal, mais je les jette à la poubelle”.

En réalité c’est elle qui est dans le vrai. Les lampes à incandescence ne peuvent pas être transformées. Elles vont donc effectivement à la poubelle, tout comme les halogènes.

En revanche, une nouvelle vie attend les tubes fluorescents, les lampes fluocompactes, les lampes à LED et les lampes techniques.

“Ici, sur le site où vous êtes, pour la France, on traite 1500 tonnes par an, tout confondu, tubes et lampes, dont 20% de lampes et 80% de tubes”, indique Christian Coulot, le directeur du centre de recyclage Remondis à Troyes. “Il y a un taux de recyclage de 98%, décomposé en 93% à peu près de verre, 3 à 5% de métaux et 2% de poudres”.

Ainsi le verre récolté servira à la production de nouveaux tubes ou d’isolants tels que la laine de verre. Le fer, l’aluminium et le cuivre, utilisés dans les culots par exemple, sont eux aussi récupérés.

Le processus permet enfin d’extraire le mercure, matière dangereuse pour l’environnement.

“Ne pas recycler une lampe à économie d‘énergie c’est dommage. D’abord, ce sont les matériaux qui les composent que nous ne pouvons pas réutiliser pour fabriquer des produits neufs”, ajoute Hervé Grimaud, le directeur de Récylum. “Et puis, c’est un risque de pollution puisque ces lampes contiennent en quantités très faibles des substances dangereuses, des poudres fluorescentes par exemple dans lesquelles il y a des traces de mercure”.

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont à peu près sur un pied d‘égalité concernant le recyclage des ampoules à économie d‘énergie. La Suède, elle, est en avance avec 80% des ampoules en fin de vie récupérées et valorisées.