DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Thaïlande : les violences se propagent après l'assaut militaire

Vous lisez:

Thaïlande : les violences se propagent après l'assaut militaire

Taille du texte Aa Aa

C’est peut-être une victoire à la pyrrhus pour les autorités en Thaïlande.
L’armée a pris ce mercredi le contrôle du site occupé par les opposants à Bangkok mais les violences se sont propagées ailleurs dans la capitale et dans le pays. Le gouvernement a imposé un couvre-feu pour la nuit dans la capitale et dans une vingtaine de provinces.
L’opération militaire lancée dans la matinée aurait fait au moins 6 morts, dont un journaliste italien à qui Rome a rendu hommage.

Des leaders de l’opposition retranchés dans le camp occupé depuis des semaines par les chemises rouges se sont rendus à la police en espérant éviter un bain de sang. Un camp qui est tombé aux mains des forces de l’ordre en quelques heures.

“Je ne m’attendais pas à ce que ce passe comme ça. Nous étions là pour exiger la démocratie, a souligné une manifestante. Nous pensions rentrer chez nous une fois qu’on l’aurait obtenue. Mais si ce n’est pas le cas, nous resterons plus longtemps.
“Je n’arrêterais pas de me battre, poursuit une autre “chemise rouge”. Je n’abandonnerais pas tant qu’on obtiendra pas justice tant qu’on aura pas de démocratie. Nous avons beaucoup de leaders dans d’autres provinces.”

Après l’opération militaire, des mairies ont été incendiées dans plusieurs provinces du nord du pays, d’où sont originaires de nombreuses chemises rouges. A Bangkok, les manifestants ont mis le feu à une quinzaine de bâtiments, dont la Bourse.