DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Corée du Nord au ban de la communauté internationale

Vous lisez:

La Corée du Nord au ban de la communauté internationale

Taille du texte Aa Aa

L’enquête indépendante menée sur le naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan est accablante pour Pyong-Yang : c’est bien une torpille nord-coréenne de 250 kg qui a provoqué l’explosion.

Les condamnations émanent de toutes parts et Séoul compte saisir le conseil de sécurité de l’ONU pour demander de nouvelles sanctions contre le régime communiste.

“Le commandant en chef de l’armée et du gouvernement sud-coréens, le président Lee Myung-Bak est déterminé. Il annoncera bientôt des mesures fortes,” a déclaré Park Sun-Kyu, porte-parole de la présidence sud-coréenne.

Principale alliée de Pyong-Yang, la Chine, qui dispose d’un droit de veto au Conseil de sécurité, a demandé à voir les preuves avancées par Séoul.

“La Chine souhaite une enquête scientifique et objective sur cet incident. La Chine va livrer sa propre évaluation de l’enquête,” a dit Ma Zhaoxu, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Selon l’enquête, l’attaque a été menée depuis un sous-marin de poche. Or plusieurs ont quitté une base navale nord-coréenne en Mer jaune deux à trois jours avant l’attaque, le 26 mars.

La Corée du Nord a qualifié ces accusations d’affabulations. La Commission de la Défense nationale, le plus puissant organe du régime,demande à ce que les peuves sud-coréennes soient examinées par ses propres experts. Pyong-Yang menace de déclarer une guerre généralisée si de nouvelles sanctions sont imposées.