DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des sanctions pour les Etats trop dépensiers

Vous lisez:

Des sanctions pour les Etats trop dépensiers

Taille du texte Aa Aa

Les mauvais élèves des 27 se feront taper sur les doigts s’ils creusent leurs déficits. Les ministres européens des Finances sont tombés d’accord, hier, à l’issue d’une première réunion de travail, pour mettre en place des sanctions contre les Etats qui ne seraient pas suffisamment rigoureux. Il s’agit avant tout de réhabiliter le Pacte de stabilité qui a explosé sous les effets de la crise.

“Ce sont des mesures qui sont indispensables quand on voit simplement à quel niveau de déficit on était arrivé”, indique Didier Reynders, le ministre belge des Finances. “Mais, il ne suffit pas de regarder comment on va réussir à réduire le déficit en Grèce ou ailleurs, il faut aussi regarder si dans les mesures qui sont prises, il est possible de préserver malgré tout un certain nombre d’atouts pour créer des emplois, pour créer de l’activité.”

Chef de file de la rigueur budgétaire : l’Allemagne qui a demandé la suspension du droit de vote communautaire pour les Etats trop dépensiers. La Commission européenne propose, elle, un examen à Bruxelles de chaque budget public avant qu’il ne soit soumis au parlement national.

Pour cet analyste, Karel Lannoo, “une économie solide va de pair avec une meilleure croissance économique dans le futur, et pas seulement avec des mesures d’austérité budgétaire”. Sans ces mesures pour aider la croissance “nous finirons comme la Grèce dans une spirale négative”, ajoute-t-il.

On s’achemine donc vers “une discipline budgétaire renforcée pour les Etats membres sous le contrôle d’une entité extérieure comme par exemple la commission européenne”, conclut notre correspondant à Bruxelles, Sergio Cantone. “Et ensuite, des sanctions. En ce qui concerne les sanctions, il n’y a pas de cohésion. Beaucoup de pays, en particulier les moins disciplinés demandent des contre-parties concernant la croissance économique, enfin leurs perspectives de croissance économique.”