DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une commission d'enquête sur l'explosion de la plate-forme "Deepwater Horizon"


Etats-Unis

Une commission d'enquête sur l'explosion de la plate-forme "Deepwater Horizon"

La marée noire atteint les bayous de Louisiane. Les nappes de brut menacent les zones de pêche. Un mois après l’explosion et le naufrage de la plateforme de BP dans le golfe du Mexique, le président américain Barack Obama a annoncé la mise en place d’une commission d’enquête indépendante sur les causes de l’accident, et a exigé des garanties pour les futurs forages en mer.
Un message ferme du Président, pour lequel l’enjeu politique est fort à quelques mois des élections de mi-mandat.

“Nous continuerons a demander aux compagnies concernées d’assumer leurs responsabilités, non seulement pour qu’elles donnent toutes les informations sur la fuite, mais aussi pour qu’elles la colmatent, qu’elles réparent les dégâts et indemnisent les Américains qui ont perdu de l’argent.

Mais au moment où nous demandons à BP d’assumer ses responsabilités, nous devons en demander autant à Washington.

Cette catastrophe est sans précédent de par sa nature, et elles nous met devant de nouveaux défis que nous nous employons à relever. Nous devons maintenant nous interroger sur les leçons que nous pouvons tirer de ce désastre, pour nous assurer qu’il ne se reproduira jamais”, a déclaré Barack Obama.

Alors que la colère monte dans les zones touchées, et que des soldats tentent d‘ériger des barrières pour protéger l‘île du Dauphin, le président américain a donné 6 mois à la commission pour examiner les causes de la catastrophe et proposer des recommandations sur la sécurité et la protection de l’environnement.

Un ancien gouverneur de Floride, Bob Graham (démocrate), la co-présidera avec l’ancien patron de l’agence de protection de l’environnement William Reilly (républicain).

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Washington inquiet du projet italien de restriction des écoutes