DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marée noire : BP va faire une nouvelle tentative

Vous lisez:

Marée noire : BP va faire une nouvelle tentative

Taille du texte Aa Aa

Cinq semaines après l’explosion de la plate-forme pétrolière de British Petroleum, le cauchemar de la Louisiane s‘éternise. Le brut continue d’affluer sur les côtes. Il a souillé plus d’une centaine de kilomètres de plages et 12 hectares de marais. D’après les experts, la marée noire pourrait atteindre prochainement la Floride et Cuba. Quant à la Louisiane, elle ferme les unes après les autres ses zones de pêche. Ce pêcheur amateur raconte :

“Ca nous gêne parce que nous devons partir, prendre le bateau pour aller plus loin. Nous avons dû nous éloigner de 60, 70 miles, hors de la zone où la pêche est fermée. Et ça complique les choses pour nous, justement parce qu’ils ont fermé les zones de pêche.”

Alors que chaque jour, l‘équivalent de 5.000 barils jaillit des profondeurs du Golfe du Mexique, BP multiplie les vaines tentatives. Le groupe va lancer une nouvelle opération, qui consiste à injecter du liquide dans la fuite, et à sceller le puits avec du ciment. Face à une administration Obama excédée, un nouvel échec serait désastreux.

“Nous partageons la frustration du secrétaire de l’Intérieur. Je veux que ça cesse. Nous voulons stopper cela, les gens qui vivent ici le veulent aussi. Et je fais tout ce que je peux, il n’y a rien que nous puissions faire que nous ne tentions pas. Nous recevons beaucoup d’aide de toutes parts. Le gouvernement suit ce que nous faisons chaque jour. Il fournit des experts. Et nous partageons tous cet immense sentiment de frustration”, assure Doug Suttles, directeur d’exploitation de BP.

BP a reçu 22.000 plaintes et payé 9.000 dédommagements. Et cela n’est sans doute qu’un début. Le gouverneur de Louisiane promet une impitoyable croisade en cas de désastre écologique.

“Nous ne serons pas tirés d’affaire lorsqu’ils auront bouché la fuite, ni quand ils auront retiré tout ce pétrole de l’eau. Nous serons seulement tirés d’affaire quand ils nous rendront nos marais, nos pêcheries et nos estuaires tels qu’ils étaient avant”, martèle Bobby Jindal.

Même si BP assure récupérer une partie du brut, à en croire les experts, le fragile écosystème des marais côtiers n’en sortira pas indemne. Une solution du moindre mal consiste à utiliser des dispersants pour dissoudre le pétrole en fines particules.