DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Disparitions d'enfants : le numéro d'urgence européen tarde à fonctionner pleinement

Vous lisez:

Disparitions d'enfants : le numéro d'urgence européen tarde à fonctionner pleinement

Taille du texte Aa Aa

Les pays européens ont encore beaucoup à faire pour améliorer leur réactivité aux disparitions d’enfants. Un constat amer en cette Journée internationale des enfants disparus, commémorée par la fédération “Missing Children Europe”. Elle attend toujours la mise en service dans toute l’Europe d’un numéro d’urgence, le 116 000, pour le signalement des disparitions et le soutien aux familles. Or trois ans après sa création officielle, cette ligne reste injoignable dans plus de la moitié des Etats membres.

“Le nombre de pays où le numéro d’urgence est opérationnel est à présent de 11. Mais nous devons évidemment l’appliquer dans les 27 pays de l’Union européenne. Et bien sûr, nous voudrions l‘étendre au-delà de l’Union, aux pays comme la Suisse par exemple. L’expérience nous a montré que les premières heures étaient souvent absolument cruciales pour retrouver un enfant. Si la vie de l’enfant est menacée, cette menace pèse dès les premières heures suivant la disparition. Donc la première chose à faire, c’est de contacter les services d’urgence et d’appeler ce numéro”, explique Francis Jacobs, le président de Missing Children Europe.

Quant au système d’alerte enlèvement impliquant les médias, seule la France l’a instauré, s’inspirant de l’américain Amber, qui a permis de retrouver plus de 500 enfants en cinq ans.
Actuellement, le Royaume-Uni teste à son tour un projet pilote qui incluera les nouveaux médias.
Et si l’idée d’un système d’alerte européen fait son chemin, elle mettra sans doute des années encore à prendre forme.