DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Italie s'engage à son tour sur le chemin de l'austérité

Vous lisez:

L'Italie s'engage à son tour sur le chemin de l'austérité

Taille du texte Aa Aa

Après avoir rejeté l’idée d’une crise à la grecque, le gouvernement Berlusconi a finalement approuvé hier des coupes budgétaires de 24 milliards d’euros pour la période 2011-2012. Ce programme drastique est destiné à assainir les finances publiques et à rassurer les marchés en pleine tourmente.

Après la Grèce, l’Espagne et le Portugal, l’Italie va geler les salaires de ses fonctionnaires pendant trois ans. Les dépenses des ministères vont être limitées, les frais des ministres réduits de 10% et les transferts aux collectivités locales fortement diminués.

Les périodes de départs à la retraite seront elles aussi modifiées ce qui devraient retarder certaines pensions de six mois. Un plan injuste pour les syndicats car ils ne touchent que les salariés et la plupart des italiens sont mécontents.

“C’est un désastre, des réductions budgétaires dans les écoles, les administrations locales, c’est dramatique. On est déjà dans une situation de désastreuse”, explique cet homme.

“Ils ne font que réduire les fonds des administrations publiques, ce sont des mesures qui ne devraient pas être faites”, s’indigne ce jeune homme.

L’opposition de gauche estime que ce plan ne répond pas au problème structurel de la dette.

Ces mesures d’austérité seront dévoilées en fin d’après-midi avec une conférence de presse de Silvio Berlusconi, à suivre en direct sur l’antenne d’Euronews à 18h.