DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Bosniaques et Albanais peut-être bientôt exemptés de visas dans l'espace Schengen

Vous lisez:

Les Bosniaques et Albanais peut-être bientôt exemptés de visas dans l'espace Schengen

Taille du texte Aa Aa

Ce sera peut-être bientôt la fin des longues files d’attente devant les ambassades européennes en Bosnie et en Albanie. Bruxelles vient de proposer une supression des visas. Il suffirait aux ressortissants de ces deux pays d‘être munis d’un passeport biométrique pour pouvoir voyager dans l’espace Schengen. Cette proposition doit encore être approuvée par les Vingt-sept et le Parlement européen. Et la Commission l’assortit de conditions, à commencer par un travail de pédagogie auprès des citoyens.

“Il y a eu des malentendus qui ont fait que des gens sont venus et ont demandé l’asile dans certains Etats membres. Nous avons travaillé avec la Bosnie et l’Albanie, et elles ont elles-mêmes déjà élaboré une stratégie de communication pour informer les citoyens de ce régime, des possibilités mais aussi des limites. Et nous continuerons à superviser, à travailler avec ces deux pays”, précise Cecilia Malmström.

Si la commissaire aux Affaires intérieures met les points sur les i, c’est parce qu’en mars, la Belgique a dû renvoyer des centaines d’albanophones venus de Serbie et de Macédoine, deux pays qui avec le Monténégro ont bénéficié de la levée du régime des visas en décembre 2009. Ces personnes avaient demandé l’asile, or seuls les séjours de courte durée sont exemptés de visa.

“Même si certaines personnes seront tentées d’abuser du système, au moins elles seront informées qu’elles ne le peuvent pas. Donc, je ne pense pas que ce sera aussi dramatique que ce qui s’est produit avec la Macédoine et la Serbie en début d’année”, commente un journaliste albanais à Bruxelles.

A l’image du ministre serbe des Affaires étrangères, qui avait été l’un des premiers en décembre à franchir sans visa la frontière avec la Hongrie, les citoyens des Balkans occidentaux voient dans cette ouverture le gage d’une intégration progressive, avec au bout de chemin une adhésion pleine et entière à l’Union.