DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour au calme dans la capitale de la Jamaïque

Vous lisez:

Retour au calme dans la capitale de la Jamaïque

Taille du texte Aa Aa

A grand renfort de policiers et de militaires, le gouvernement jamaïcain exercent un contrôle fragile sur le bidonville de Kingston ouest. Les gens restent terrés chez eux et le baron de la drogue Christopher Coke, est toujours introuvable.

Le Premier ministre Bruce Golding a dit oui à la demande d’extradition des Etats-Unis concernant ce trafiquant la semaine dernière. Et c’est en lançant les forces de l’ordre à ses trousses qu’il a déclenché la révolte des gangs de ce quartier de Kingston.

Malgré les dégâts et les victimes de cette chasse à l’homme, beaucoup de Jamaïcains veulent y voir la fin de la “politique du ghetto”, qui veut que ce soient les gangs qui fassent la loi dans les quartiers défavorisés de la capitale.

Depuis dimanche, les affrontements ont provoqué la mort d’une soixantaine de personnes, dont au moins 44 civils. Le gouvernement vient de promettre une enquête indépendante sur ces décès. Des voix s‘élèvent contre les forces de l’ordre qui auraient tiré sans discernement. Un bébé aurait été tué par balles. Dans cette famille, c’est adolescent qui aurait pris une balle perdue.

500 personnes ont été interpellées en 4 jours. L‘état d’urgence reste en vigueur.