DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La République tchèque veut aussi réduire son déficit budgétaire

Vous lisez:

La République tchèque veut aussi réduire son déficit budgétaire

Taille du texte Aa Aa

La réduction du déficit public a été au coeur de la campagne électorale tchèque. Pourtant, ce pays de 10,5 millions d’habitants ne s’en sort pas si mal, comparé à ses voisins d’Europe centrale.

En 2009, l‘économie tchèque s’est contractée de 4,2%, mais la croissance économique est attendue à +1,8% cette année. La dette publique affichait 35% du PIB en 2009 et le déficit budgétaire atteint 5,9% du Produit intérieur brut.

“Des pays de l’OCDE, affirme Tomas Sedlacek, responsable macroéconomie à la banque CSOB, la République Tchèque a la plus petite probabilité de tomber dans la pauvreté. En raison d’un système social très généreux”.

Le système social, c’est dans ce secteur que le principal parti de droite veut faire des économies. Le parti ODS veut tailler dans le système d’aides sociales, privatiser les retraites et imposer un plafond aux dépenses de l’Etat dans la Constitution. Objectif : arriver à un déficit budgétaire de 3% du PIB en 2012 et à l‘équilibre en 2017.

Les sociaux-démocrates ont le même objectif mais pour 2013 et 2018. Mais eux, ils veulent augmenter les impôts sur les hauts revenus et les entreprises, ce qui leur permettrait d’augmenter les retraites.

L’objectif de tout le monde c’est bien sur de remplir les critères du Pacte de stabilité. Même si l’adhésion à l’euro a été reportée sine die.
“Il faut régler le problème des déficits affirme Miroslav Frayer analyste chez KB; d’autant plus que du côté de l’Union monétaire européenne on va certainement durcir les conditions d’admission dans la zone euro”.

L’autre front de la lutte contre les déficits publics c’est la corruption. Selon l’organisation Transparency International, la corruption représente une perte d’argent pour l’Etat de plus de 7 milliards d’euros soit environ le montant du déficit budgétaire tchèque.