DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marée noire : la détresse des pêcheurs

Vous lisez:

Marée noire : la détresse des pêcheurs

Taille du texte Aa Aa

140.000 kilomètres carrés interdits à la pêche. Pour les pêcheurs de Louisiane, l’Etat américain qui commercialise le plus de poissons et de fruits de mer, la tragédie écologique vire au drame économique. Les bateaux qui ne sont pas mobilisés pour déployer les barrages flottants restent à quai. Et l’abattement fait place au ressentiment :

“Une partie de cette histoire, ce sont tous les gens qui ont perdu leur emploi. Et ça a l’air d‘être le dernier des soucis quand les gens parlent de ce qu’on devrait faire. Bien sûr qu’il faut arrêter la fuite, mais la méthode sparadrap de BP qui consiste à indemniser au coup par coup les gens sur cette île qui essaient de payer leurs factures, cette façon de faire cause une grande détresse morale,” explique Danny Wray, pêcheur de Grand Isle.

“Je n’ai pas de travail. Regardez la marina. A cette période de l’année, il devrait y avoir un bateau dans chacune de ces places, et il ne se passe rien. On ne peut pas pêcher, et ils doivent fermer. Alors, on reste assis là, et on boit du café”, explique un guide de pêche.

A Grand Isle comme ailleurs, les pêcheurs et employés des poissonneries au chômage technique sont nombreux à participer aux opérations de nettoyage. Et certains commencent à avoir des problèmes de santé, peut-être dûs aux dispersants.