DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kerviel accable la Société générale dès l'ouverture de son procès

Vous lisez:

Kerviel accable la Société générale dès l'ouverture de son procès

Taille du texte Aa Aa

Visage sombre et mine impassible, Jérôme Kerviel a fait profil bas à son arrivée au tribunal correctionnel de Paris, au premier jour de son procès. Une arrivée rendue difficile par la nuée de journalistes et de photographes pressés devant la salle d’audience.

Pour son avocat Olivier Metzner, tout le monde (à commencer pa sa hiérarchie) était au courant des opérations financières douteuses qui lui sont reprochées.

“Il est normal que l’opinion publique sache dans une période de crise mondiale que ce n’est pas un homme qui est responsable de cela, c’est un système. Et que celui qui comparait devant un tribunal est un pion, un pion qu’on a utilisé, dont on a tiré profit et lorsqu’on a plus voulu de lui, on l’a jeté.”

L’ancien trader, poursuivi entre autres pour abus de confiance, faux et usage de faux, est accusé d’avoir fait perdre près de 5 milliards d’euros à la Société générale en 2008. Il n’aurait pas hésité pour cela à prendre des positions spéculatives exorbitantes sur les marchés financiers, à l’abri de sa hiérarchie.

Pour Christian Chavagneux, expert et journaliste financier, difficile d’imaginer que la banque puisse avoir délibérément laissé faire.

“Tous les traders de la Société générale comme ceux des autres banques disposent de certaines marges de manoeuvres, ils doivent jouer selon une certaine limite qu’ils peuvent dépasser tant qu’ils ramènent de l’argent. Mais là, les montants en jeu étaient tellement énormes que je n’imagine pas un seul instant que l’un de ses supérieurs hiérarchiques puisse être au courant de ce pari et le laisser faire sciemment.”

Une quarantaine de témoins vont défiler au cours de ce procès retentissant, qui devrait durer trois semaines.

Jérôme Kerviel risque jusqu‘à 5 ans de prison et 375.000 euros d’amende.