DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie: le Sénat limite les écoutes téléphoniques

Vous lisez:

Italie: le Sénat limite les écoutes téléphoniques

Taille du texte Aa Aa

Les sénateurs italiens viennent d’adopter une loi controversée. Un texte qui limite l’utilisation des écoutes téléphoniques au cours des enquêtes judiciaires. Les partis d’opposition ont déserté les bancs du Sénat lors du vote, en signe de protestation. Le texte devra encore être voté par la chambre des députés pour entrer en vigueur.

“ Mon groupe ne veut pas participer à ce vote, explique la présidente du Parti démocrate au Sénat, Anna Finocchiaro, parce que nous voulons qu’il soit clairement souligné, malgré tout le respect que nous avons pour cette chambre et pour la loi, qu’ici commence le massacre de la liberté”.

Le texte voté par les partisans du premier ministre, Silvio Berlusconi, prévoit également des amendes allant jusqu‘à 450 000 euros pour les médias qui publieraient des écoutes téléphoniques.

Maurizio Gasparri, président du Peuple de la liberté, le parti de Silvio Berlusconi, justifie cette mesure: “En 1995, dans un cas portant sur la liberté d’informer, la Cour constitutionnelle a estimé qu’il était légitime d’interdire la publication d’articles avant la fin d’une enquête. Précisément parce que ces informations profitent aussi aux criminels. C’est tout publier qui sert le crime, pas imposer des règles aux médias.”

Pour l’opposition, cette loi vise à museler la presse, et à l’empêcher de révéler des affaires de corruption, comme celle qui touche en ce moment même un proche de Silvio Berlusconi, et a déjà coûté son poste au ministre du développement économique.