DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran se rebiffe

Vous lisez:

L'Iran se rebiffe

Taille du texte Aa Aa

La population iranienne et la presse de tous bords dénoncent les nouvelles sanctions du conseil de sécurité de l’ONU. Le parlement envisage de restreindre l’accès des sites nucléaires aux inspecteurs de l’agence internationale pour l‘énergie atomique.

Le président Ahmadinejad a même reçu le soutien de journaux proche de l’opposition. Il réagissait, hier, mercredi, depuis le Tadjikistan:

“Ces pays qui disposent de la bombe atomique, et qui s’en sont servis, nous menacent en prétextant que peut-être à l’avenir l’Iran construira sa bombe atomique (…) Je leur ai dit : les sanctions que vous prenez à notre encontre ne valent pas un sou pour la nation iranienne, ce ne sont que des mouchoirs usagers que l’on jette à la poubelle.”

Ce quatrième train de sanctions visent à convaincre l’Iran de suspendre ses activités sensibles comme l’enrichissement de l’uranium. Mais à Téhéran, la rue estime qu’il ne changera rien à la donne:

“Nos progrès sont constants. Nos physiciens nucléaires poursuivent leurs activités et si Dieu le veut, ils avanceront dans tous les secteurs. Je ne pense pas que les sanctions auront un effet sur nous.”

Mahmoud Ahmadinejad se rend aujourd’hui en Chine, mais l’Iran a très mal pris le soutien de Pékin au vote de ces nouvelles sanctions du conseil de sécurité de l’ONU, et l’a fait savoir. C’est son principal partenaire économique et commercial.