DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Percée attendue des indépendantistes flamands aux législatives belges

Vous lisez:

Percée attendue des indépendantistes flamands aux législatives belges

Taille du texte Aa Aa

Une chose est sûre: les équilibres, difficilement maintenus entre Flamands et Wallons depuis un an et demi en Belgique, ne résisteront pas aux urnes. Les derniers sondages s’accordent: les partis indépendantistes flamands devraient être les grands vainqueurs des législatives de dimanche.
La Nouvelle Alliance flamande, N-VA, pourrait notamment créer la sensation. Elle prône une autonomie très renforcée de la Flandre dans un premier temps. “Ne croyez pas que nous voulons diviser le pays du jour au lendemain, explique le chef de la N-VA Bart de Wever. Nous n’avons jamais parlé d’une révolution mais d’une évolution. En connaissant l’histoire de notre pays, on peut voir que cette évolution a commencé il y a plus de cent ans. Nous avons eu cinq grandes réformes qui nous ont fait passer d’un pays unitaire à une sorte de fédération. Maintenant, nous voulons aller vers le confédéralisme”.

En Wallonie francophone, au sud de la Belgique, c’est au contraire un parti traditionnel qui est donné largement favori dans les sondages, le Parti socialiste. Pour former une nouvelle coalition après les législatives, on peut donc s’attendre à de longues négociations entre Flamands et francophones. Pour Paul Magnette, étoile montante du Parti socialiste, un accord avec la N-VA est loin d‘être d’actualité: “On sait que ce parti a des idées qui ne sont pas compatibles avec celles d’une très grande partie des partis modérés, mais même en additionnant toutes les voix des partis nationalistes et séparatistes, on arrive au maximum à un électeur sur quatre à l‘échelle nationale, ce qui veut dire que les autres sont encore en mesure de passer des accords entre gens modérés et raisonnables”.

Quoiqu’il arrive, Flamands et Wallons devront s’entendre tôt ou tard au lendemain des élections pour s’attaquer ensemble au dossier communautaire. Ce sujet brûlant, concernant notamment Bruxelles, a continué de s’imposer durant la campagne électorale.