DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kirghizstan : l'armée autorisée à tirer sans sommation

Vous lisez:

Kirghizstan : l'armée autorisée à tirer sans sommation

Taille du texte Aa Aa

Empêcher des jeunes kirghizes de mettre le feu à des maisons de la minorité ouzbek. C’est ce qu’a fait la police samedi soir à Bishkek, la capitale du Kirghizstan. Le pays est secoué par des violences interethniques meurtrières qui ont éclaté vendredi à Och. L‘état d’urgence a été décrété dans cette ville puis à Djalal-Abad. Le gouvernement intérimaire, qui s’est emparé du pouvoir après un soulèvement populaire début avril
a également annoncé avoir autorisé les forces de l’ordre à tirer sans sommation sur des groupes utilisant des armes à feu.

Il a même appelé les officiers retraités de la police et de l’armée à se rendre dans la région d’Och afin d’empêcher une “guerre civile”, selon ses propres mots.

Des milliers de femmes et d’enfants ouzbeks ont fui les violences.
L’Ouzbékistan voisin s’est dit “extrêmement alarmé”. La Commission européenne a annoncé l’envoi d’un expert humanitaire. La Russie, qui a été sollicitée par la présidente par interim pour envoyer une assistance militaire, a souligné qu’il s’agissait d’un conflit interne et a préféré accorder une aide humanitaire.