DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe du monde : rêve ou absurdité ?

Vous lisez:

Coupe du monde : rêve ou absurdité ?

Taille du texte Aa Aa

Miguel Sardo, euronews : “La Coupe du monde de football est elle ‘une aliénation planétaire’, la FIFA ‘une toute puissante multinationale privée’ et les joueurs de football des ‘mercenaires millionnaires’?
Fabien Ollier vous avez reconnu certains de vos propos. Vous êtes philosophe, directeur de la revue critique française ‘Quel Sport’, auteur de plusieurs livres critiques comme ‘l’intégrisme du football’ ou la ‘footmania’. Allez-vous assister aux matchs du Mondial en Afrique du Sud ?”

Fabien Ollier, philosophe : “Non je vais pas y assister, en tout cas je n’irai pas en Afrique du Sud parce que je n’y étais pas invité. Par contre je regarderai, effectivement, quelques matchs à la télévision, parce que pour critiquer un phénomène pour le connaître il faut également le regarder malgré tout.
Pour autant ce qui m’intéresse c’est effectivement ce qui ne sera pas montré par les médias. Parce que le parti pris des médias aujourd’hui c’est de démontrer la liesse populaire, le soit-disant rêve, la soi-disant fête de tout un peuple. Je crois qu’il y a aussi un envers du décor et des effets absolument mortifères de cette Coupe du monde. On se retrouve dans un “état de siège supportériste” ou tous les comportements les plus absurdes, les plus infantiles, parfois les plus débiles, liés notamment à l’alcool, s’expriment en toute impunité.
L’ arrière petite-fille de Nelson Mandela en a fait les frais, je crois que pour la famille Mandela aujourd’hui ce n’est pas tout a fait la fête attendue.”

Miguel Sardo, euronews : “Mais souvent on attribue au sport un effet fédérateur, en plus dans un pays, comme l’Afrique du Sud, où le rugby est devenu presque un symbole de la réconciliation nationale après la fin de l’apartheid. “

Fabien Ollier, philosophe : “Une grande partie de la population sud-africaine ne profite absolument pas des bénéfices, des soi-disant bénéfices économiques et sociaux de l’organisation de cette Coupe du monde. Il y a déjà une schizophrénie, une espèce de dissociation sociale, entre d’un côté des classes qui, effectivement, on pu accéder rapidement à une richesse et les autres, quasiment 40% de la population sud africaine, qui vit avec moins de 2 euros par jour.”

Miguel Sardo, euronews : “Vous parlez d’une ‘hystérie collective obligatoire’. L‘émotion des supporteurs face à leurs équipes de football se résume seulement à une sorte de nationalisme guerrier ?”

Fabien Ollier, philosophe : “Si on regarde aujourd’hui les images des Sud-africains, habillés avec le maillot de l‘équipe nationale, en train de souffler dans les cornes des vuvuzelas, c’est un spectacle relativement pitoyable pour un peuple qui, il y a quelques année subissait l’apartheid. Je ne pense pas que c’est une belle image pour l‘équipe de l’Afrique du Sud et la population de l’Afrique du Sud aujourd’hui. Et je crois en plus que c’est le résultat d’une propagande d‘État que depuis plusieurs année, en tout cas au moins depuis six ans, insiste beaucoup sur le fait que chaque habitant de Joannesburg et de toute l’Afrique du Sud doit se transformer en supporters.
Je rappelle, par exemple que les écoliers de l’Afrique du Sud qui normalement vont à l‘école en uniforme, sont sensés, pendant toute la durée de la Coupe du monde, endosser le maillot de l‘équipe nationale, des Bafana Bafana. Je pense que là, on assiste à la pire propagande d’Etat par le biais du football, oui.”