DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toujours pas d'accalmie en vue au Kirghizistan

Vous lisez:

Toujours pas d'accalmie en vue au Kirghizistan

Taille du texte Aa Aa

4 jours après le début de la mini-guerre civile au Kirghizistan, le sud du pays reste toujours en proie à de violents affrontements entre Kirghizes et Ouzbeks, qui représentent 20% de la population.

L’armée, appelée en renfort pour stabiliser la situation, a reçu l’ordre de tirer à vue et sans sommation, confortée pour cela par le couvre-feu et l‘état d’urgence instaurés ce dimanche. Pourtant sa présence à Och, la deuxième ville du pays, est loin d’avoir fait retomber les tensions. En témoignent les nouveaux affrontements qui s’y sont produits ce matin même.

La solution pour mettre à ce carnage viendra peut-être de la rue. C’est en tout cas le sens qu’ont voulu donné les leaders des deux communautés d’Och, réunis hier soir pour entamer des pourparlers, avant de partager symboliquement le pain de la paix.

Une centaine de morts et plus de 1.500 blessés, c’est le dernier bilan, toujours provisoire, des violences interethniques, établi par le ministère de la santé.

L’OMS, la Russie et d’autres pays ont commencé à acheminer une aide humanitaire par avion dans le sud, alors que des dizaines de milliers de personnes ont trouvé refuge dans l’Ouzbékistan voisine.

Quant à la Russie, elle refuse toujours toute forme d’intervention militaire, malgré les appels du pied du gouvernement provisoire emmené par Rosa Otumbayeva.