DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bloody Sunday, le jour de la fin de l'innocence en Irlande du nord

Vous lisez:

Bloody Sunday, le jour de la fin de l'innocence en Irlande du nord

Taille du texte Aa Aa

1972, c’est l’année d’une escalade sanglante en Irlande du nord. Le mouvement des droits civiques pour les catholiques tourne aux émeutes, durement réprimées par l’armée britannique. 470 personnes sont tuées cette année là, dont 14 lors du Bloody Sunday. Ce 30 janvier 1972, les parachutistes du 1er régiment tirent sur une manifestation non-autorisée à Londonderry.

Parmi les morts, un jeune de 17 ans, Jackie Duddy. Son corps inanimé est escorté par l‘évêque Daly qui agite un mouchoir ensanglanté. Le même mouchoir que sa soeur Kay tient dans ces mains, pour clamer encore et toujours son innocence : “Il ne faisait rien, absolument rien, dit Kay. Et c’est pour ça que c’est tellement frustrant que Jackie ait été enterré comme ça. On l’a accusé de lancer des cocktails molotov au moment ou il a été tué, mais Jackie était innocent à 100 pourcent. Il n’avait rien fait, il n’y avait aucune raison qu’ils tirent sur Jackie…”

Jackie et les 12 autres morts – la 14 eme victime décédera quelques semaines plus tard – sont enterrés le 2 février à Londonderry. Des milliers de personnes assistent aux funérailles malgré la pluie et le froid.

Le Royaume Uni est alors gouverné par le Premier ministre conservateur Edward Heath. Une enquête rapide menée par Lord John Widgery est publiée quelques mois plus tard, exonérant l’armée britannique, celle-ci a toujours assuré avoir répondu aux coups de feu des manifestants.

Il faudra attendre l’arrivée de Tony Blair au pouvoir pour qu’une nouvelle enquête soit ouverte en 1998 sous la responsabilité de Lord Saville. Le Premier ministre travailliste engagé dans le processus de paix en Irlande du Nord cède aux pressions de l’opinion, prétextant des nouvelles preuves auxquelles n’avait pas eu accès Lord Widgery en 1972.

Entre avril 1998 et novembre 2004, la commission a entendu 900 témoins et reçu 2500 déclarations relatives au Bloody Sunday, ce fameux dimanche de janvier 72, jour de la fin de l’innocence en Irlande du Nord.