DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Risque de catastrophe humanitaire au Kirghizstan

Vous lisez:

Risque de catastrophe humanitaire au Kirghizstan

Taille du texte Aa Aa

La catastrophe humanitaire menace au Kirghizstan, met en garde l’ONU. Le nombre de personnes de l’ethnie ouzbèke qui veulent fuir le pays ne cesse de grandir: 275.000 selon le Haut commissariat aux réfugiés. Les milliers de déplacés, surtout des femmes et des enfants, qui ont pu atteindre la frontière avec L’Ouzbékistan se heurtent désormais aux barbelés. Les autorités ouzbèkes, qui invoquent une saturation de leurs capacités d’accueil, ne laissent plus entrer que les blessés.

Les réfugiés ouzbeks commencent à raconter l’horreur qu’ils ont vécu dans le sud du Kirghizstan: habitations incendiées, enfants et bébés tués de sang froid, viols collectifs de femmes. L’ONU parle clairement de “poudrière ethnique” dans la région d’Och, la deuxième ville du pays. “Nous sommes au bord d’une catastrophe humanitaire dans la région, confirme un analyste. Mais je pense que l’intervention de troupes étrangères au Kirghizstan ne ferait qu’aggraver la situation”.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes, en majorité d’origine ouzbèke, ont réussi à passer en Ouzbékistan avant la fermeture de la frontière lundi soir. Ces déplacés sont hébergés dans des camps provisoires. “J’ai dû fuir une maternité avec mon nouveau-né, raconte une femme tadjike. Nous avons franchi la frontière sous les balles, et d’autres femmes enceintes sont mortes à côté de moi”. L’aide humanitaire internationale commence à arriver en Ouzbékistan. Le HCR a notamment affrété trois avions.