DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hyun In-Taek: "On ne peut pas poursuivre un idéal en occultant la réalité"

Vous lisez:

Hyun In-Taek: "On ne peut pas poursuivre un idéal en occultant la réalité"

Taille du texte Aa Aa

En Corée du sud, le ministère de l’Unification est la branche du gouvernement chargée de préparer à long terme la réunification de la Corée. Créé en 1969, c’est en 1998 qu’il acquiert son statut actuel de ministère et commence à jouer un rôle clé dans la promotion du dialogue inter-coréen et la gestion des crises entre les deux pays.

Rencontré à Séoul, l’actuel ministre en poste depuis 2009 Hyun In-Taek nous a donné son sentiment et la position du gouvernement quant aux récents évènements et quant à l’avenir de la péninsule coréenne.

euronews:
“Monsieur le ministre, Comment le dernier incident a-t-il affecté le processus de négociation entre vos deux pays?”

Hyun In-Taek:
“Cet incident est une provocation militaire de la Corée du nord. Le sous-marin nord-coréen a attaqué à la torpille la corvette Cheonan qui a sombré. Dans cet incident, 46 soldats sud-coréens ont été sacrifiés. De plus cela s’est passé dans nos eaux territoriales. Il s’agit de toute évidence d’une provocation militaire. Jusqu’à présent le gouvernement a fait des efforts pour développer les relations entre nos deux pays, mais avec cet incident provocateur très aventureux, il est difficile de garder son calme. Nous voudrions tout d’abord que la Corée du nord reconnaisse sa faute et s’excuse. Nous souhaitons également que les responsables soient punis et que la Corée du nord promette que cela ne se reproduira pas. Ensuite seulement, nos relations pourront reprendre un cours normal. Cet accident est actuellement dans les mains du Conseil de sécurité des Nations Unies. L’idée étant qu’on ne peut pas passer l‘éponge et que cela ne doit pas se reproduire. J’insiste, on ne peut pas fermer les yeux sur ce qui s’est passé”.

euronews:
“Après l’incident avec la corvette sud-coréenne, votre président a pris une position très ferme et affirmé que la Corée du nord devait comprendre que la Corée du sud a ses limites. Que voulait-il dire ? Les limites ont-elles été atteintes?”

Hyun In-Taek:
“Nous avons pris des mesures diplomatiques : suspension des échanges commerciaux entre nos deux pays et interdiction de navigation de la Corée du nord dans les eaux territoriales sud-coréennes”.

euronews:
“On parle bien de limites à ne pas dépasser, de limites dans la provocation, qu’est-ce que cela signifie exactement?”

Hyun In-Taek:
“Ce point est lié à la particularité de la relation entre la Corée du sud et la Corée du Nord. C’est la Corée du nord qui est à l’origine de cet incident, et qui avec cette provocation militaire, a porté atteinte à la sécurité et à la paix dans la péninsule. Mais en même temps nous devons penser à l’unification, dans un souci d’avenir. C’est un grand dilemme pour mon gouvernement. Pour gérer ce problème, nous sommes limités. D’un côté, nous devons afficher une certaine attitude et prendre des mesures très fermes qui donnent une bonne leçon à la Corée du nord pour éviter que cela se reproduise. Mais de l’autre, nous ne pouvons pas aller jusqu‘à des mesures qui risquent de mettre un terme aux relations entre nos deux pays. Nous devons agir en gardant à l’esprit l’avenir à long et à moyen terme”.

euronews:
“Quels sont les principaux obstacles à l’unification actuellement ?”

Hyun In-Taek:
“Il y a deux obstacles: en premier lieu, le développement nucléaire de la Corée du nord. Si la Corée du nord persiste dans le développement du nucléaire, cela constituera une menace pour les pays du nord-est et au final, pour la sécurité mondiale. Mon gouvernement travaille avec la communauté internationale depuis le début de la première crise nucléaire en 1993. La dénucléarisation de la Corée du nord est la première chose à faire. Il va donc falloir continuer à oeuvrer en ce sens. Le deuxième obstacle à l’unification c’est le caractère belliqueux de la Corée du nord. On a pu le constater avec le dernier incident, le côté aventureux de leur politique militaire et les provocations constituent un défi pour nous et une menace pour la paix et la sécurité régionales”.

euronews:
“Pensez vous qu’une réunification comme l’Allemagne l’a connue par exemple est possible dans un futur proche?”

Hyun In-Taek:
“Bien sûr que oui! Il y a deux points dans votre question. D’abord la nécessité de la réunification et ensuite sa faisabilité. Il faut avoir en tête notre histoire sur les 60 dernières années, depuis 1945, la deuxième guerre mondiale, et l’instauration d’un nouvel ordre mondial. Pendant la guerre froide deux systèmes opposés ont coexisté pendant longtemps avant que l’un ne s’effondre. Ce qui a permis à l’Allemagne de se réunifier, ça fait maintenant 20 ans. Nous pensons que le dieu de l’Histoire peut bénir la péninsule coréenne comme il a béni l’Allemagne il y a 20 ans.
Cela dit à court terme l’unification sera difficile mais il faudra bien qu’elle finisse par avoir lieu. Pendant des milliers d’années notre peuple a vécu uni et en un seul pays. De ce point de vue, les 60 dernières années sont dérisoires à l‘échelle de l’Histoire avec un grand H”.

euronews:
“Mais ça doit passer par un changement de régime comme en Allemagne…”

Hyun In-Taek:
“C’est à cause de ce régime que nous multiplions les efforts. En ce qui concerne l’unification, il est clair que le changement de régime se fera graduellement. Personne ne peut dire quand l’unification aura lieu. C’est comme en Allemagne: le peuple allemand disait que l’unification se ferait à un moment donné mais personne ne pouvait prédire lequel”.

euronews:
“Pardonnez moi d’insister mais pensez-vous que ce soit possible avec Kim Jong Il au pouvoir? Avec son régime?”

Hyun In-Taek:
“Actuellement la Corée du nord est dirigée par Kim Jong Il. C’est la réalité actuelle de la Corée du nord. Il n’y a pas à se demander si c’est bon ou si c’est mauvais, c’est comme ça. Et en tous cas, si nos deux pays doivent dialoguer, c’est avec Kim Jong Il. On ne peut pas poursuivre un idéal en occultant la réalité. Donc, tout ce qu’on peut faire, c’est donner des opportunités à la Corée du nord de changer et en attendant, faire avec le régime de Kim Jong Il”.

euronews:
“Une dernière question, j’aimerais revenir sur ce que vous avez dit plus tôt, vous avez parlé du Conseil de sécurité des Nations Unies. La Corée du nord est de plus en plus isolée sur la scène internationale. Vous, vous avez beaucoup d’alliés mais la Russie et la Chine sont toujours hésitants à condamner le régime de Kim Jong Il. Est-ce que cela vous inquiète et quelles sont vos relations avec ces deux pays?”

Hyun In-Taek:
“Nous entretenons des relations diplomatiques, politiques et économiques avec la Chine et la Russie. En ce qui concerne l’incident de la corvette Cheonan, des opinions différentes ont été exprimées quant aux mesures à adopter. Mais nous pensons que la Chine a bien compris l’incident. La communauté internationale est un ensemble de pays liés par des intérêts variables. Le dialogue, la compréhension et la réal-politique sont nécessaires. Nous avons donc dialogué avec la Chine et la Russie et il semble que le résultat obtenu avec ces deux pays soit apparu devant le Conseil de sécurité des Nations Unies. Je pense nous que nous obtiendrons très bientôt satisfaction de la part de la communauté internationale”.