DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle allemande : un sérieux revers pour Angela Merkel

Vous lisez:

Présidentielle allemande : un sérieux revers pour Angela Merkel

Taille du texte Aa Aa

Un camouflet pour Angela Merkel. Son candidat, Christian Wulff, n’a pas été élu aux deux premiers tours par l’Assemblée fédérale malgré la majorité absolue mathématique des délégués de la coalition CDU-CSU et libéraux au pouvoir. C’est un avertissement lancé par son propre camp à Angela Merkel, déjà affaiblie par la perte de sa majorité au Bundesrat, la chambre haute, suite à la débâcle à l‘élection régionale de Rhénanie du Nord-Westphalie en mai dernier.

C’est aussi une contestation du leadership de la chancelière à qui l’on reproche d’avoir présenté Christian Wulff, l’une des rares voix discordantes, pour l‘éloigner de l’appareil de la CDU.

Le ministre-président de Basse-Saxe est en effet nettement moins populaire auprès des allemands que le candidat de l’opposition sociaux-démocrates et verts, Joachim Gauck. Si l‘élection avait eu lieu au suffrage universel, le lisse et souriant Christian Wulff n’aurait pas été élu à la présidence de la République fédérale d’Allemagne.

C’est dans une ambiance de discorde dans son gouvernement de coalition avec les Libéraux de Guido Westerwelle qu’Angela Merkel a fait face à ce scrutin présidentiel, provoqué par la démission surprise de Horst Köhler le 31 mai. L’aide à la Grèce, le plan de sauvetage de l’euro, la politique budgétaire et fiscale ont fini par plomber sa cote de popularité.

Et pour son partenaire de coalition, le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères le libéral du FDP, Guido Westerwelle, c’est carrément le désaveu. Le sondage publié aujourd’hui situe le FDP au dessous du seuil de 5% nécessaire pour entrer au parlement pour la première fois en 7 ans et demi. Il y a 9 mois, le FDP avait obtenu un score record de 14,6% aux élections législatives.