DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trafic humain et prostitution : 140 000 victimes en Europe


monde

Trafic humain et prostitution : 140 000 victimes en Europe

L’ONU s’en prend au trafic d‘êtres humains par la voie de la sensibilisation de l’opinion et des Etats. Pour mieux combattre le phénomène, dont les victimes sont surtout les femmes et les enfants, l’ONU a mis sur la table les chiffres de cet esclavagisme moderne.

En Europe, le flux annuel de nouvelles victimes se chiffre à 70 000, sur un renouvellement de 2 ans. Actuellement il y a quelque 140.000 victimes en Europe. Un marché qui pèse près de 2 milliards et demi d’euros.

La prostitution est la principale activité de ce trafic de personnes. La plupart des femmes sont originaires des Balkans et l’ex URSS, mais aussi de l’Afrique occidentale. En 1999, la Suède a révolutionné son approche pour combattre la prostitution, en dépénalisant la vente de services sexuels.

“Nous avons criminalisé les clients de services sexuels il y a dix ans, un rapport nous en donne les résultats aujourd’hui, et l’on voit que la prostitution de rue a diminué de moitié, que les comportements d’achat du sexe ont changé, et que nous sommes moins intéressants en tant que marché pour ce genre d’activités criminelles, de trafic par exemple, et ça c’est bien…” a expliqué la ministre suédoise de la Justice.

Les réseaux se détournent donc vers d’autres pays plus rentables. L’absence d’harmonie entre les législations d’Europe joue en leur faveur. L’approche répressive classique, celle qui punit la prostituée avec des amendes ne sert pas à grand chose, comme l’explique cette habitante du quartier du Raval à Barcelone : “Elles ont des gens derrière elles, qui paient les amendes, ou qui les changent de ville…”

Mais d’autres pays européens, dont la Suisse, ont opté pour la légalisation de la prostitution, celle-ci est considérée comme une simple activité économique, plus sécurisante pour les femmes. Mais cela n’a pas balayé des rues suisses la prostitution clandestine, au plus bas de l‘échelle, réservée aux femmes sans papiers.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Il était une fois, un irréductible Belge...