DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Liban: la perte d'une figure emblématique pour l'Islam

Vous lisez:

Liban: la perte d'une figure emblématique pour l'Islam

Taille du texte Aa Aa

Il avait rejeté les appels au jihad de Ben Laden et des talibans, mais figurait sur la liste américaine des terroristes internationaux.
Le Grand ayatollah Mohammed Hussein Fadlallah est mort à Beyrouth d’une hémorragie interne. Il avait 75 ans.

Figure importante de l’islam chiite, le Grand ayatollah Fadlallah était considéré comme le guide spirituel du Hezbollah pendant les premières années du mouvement pro-iranien fondé au Liban en 1982.

Mais progressivement, ses relations s‘étaient distendues avec le Hezbollah à cause de l’influence grandissante de Téhéran.

Dans sa mosquée, les hommages ont afflué:
“C‘était notre père, notre frère. Il était tout, il était notre espoir dans la vie. Il était notre soutien, une autorité, un leader. Il était vraiment tout pour nous.”

“Il était un guide, pas seulement pour le Liban, mais pour le monde entier et pour les musulmans.”

Effectivement, dans le monde musulman, l’ayatollah Fadlallah était depuis 40 ans un religieux influent. Dans ses prêches du vendredi, il dénonçait la politique américaine au Moyen-Orient.

Dans les années 80, les médias américains l’avait accusé d‘être derrière les prises d’otages de citoyens américains au Liban par des groupes radicaux liés à l’Iran. D’autres l’avaient présenté comme un médiateur. Son rôle n’a jamais été élucidé.

Pour le gouvernement libanais, l’ayatollah Fadlallah représentait “l’indépendance, le progrès, était un partisan de la science et du développement et respectait les fondamentaux de la religion”.