DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Astana, capitale champignon du Kazakhstan

Vous lisez:

Astana, capitale champignon du Kazakhstan

Taille du texte Aa Aa

“Parfois, je n’y crois pas moi-même. Il y a encore 6 ou 7 ans, il n’y avait que de la steppe ici”, s’exclame le président kazakh, en contemplant les immeubles aux designs ultra-modernes de sa nouvelle capitale. Pour Nursultan Nazerbaiev, Astana est un rêve devenu réalité. Cette ville de 800 000 habitants, a été construite en seulement 12 ans, grâce aux revenus du gaz et du pétrole.
 
“Je suis très satisfait d’avoir joué un rôle majeur pour chaque immeuble, chaque rue de cette ville, affirme le président du Kazakhstan. Beaucoup de gens étaient sceptiques. Ils ne croyaient pas que nous pourrions construire cette ville. Astana est là pour montrer ce dont le Kazakhstan est capable, pour unir le pays et l’ancrer dans le futur, et aussi pour prouver que nous maîtrisons les nouvelles technologies, en particulier dans le secteur de la construction. Enfin, pour améliorer les relations humaines.”
 
Derrière ses allures modernes, Astana a conservé quelques éléments propres à la culture Kazakh: des formes rondes, qui rappellent les yourtes traditionnelles. Mais les architectes n’ont dû faire face à une contrainte majeure: Astana est la capitale la plus froide au monde. Il y fait – 40 degrés celcius en hiver. 
 
“Nous avons été capables de construire des immeubles qui supportent des conditions climatiques extrêmes, explique Sagyndyk Djanbulatov, directeur de l’urbanisme. La seule différence entre nos immeubles et ceux qui sont construits en Europe, c’est l’isolation thermique. Mais c’est un problème technique que nous pouvons résoudre. Par exemple nous avons du triple vitrage, et les murs sont suffisamment épais pour que les conditions de vie soient agréables à l’intérieur”.

Contemplant les travaux déjà accomplis, Sagyndyk Djanbulatov évoque les futurs défis: “Pendant 10 ans, nous avons construit très vite. Il faut maintenant étudier comment nous pouvons améliorer nos techniques de construction. Quelle que soit la difficulté, les visiteurs étrangers diront alors: “vous avez vraiment un style architectural extraordinaire et unique!”“.
 
Astana est une ville jeune et dynamique. A l’image de sa population.Elle attire de nombreux jeunes, comme Ainash, qui s’est installée ici pour faire carrière dans le journalisme. “Je suis venue d’Almaty, raconte-t-elle, parce que le futur est prometteur dans notre capitale, et que l’on peut y faire carrière. Il y a plus de chances de s’enrichir et d’atteindre ses objectifs, ce qui est très important pour les jeunes”.
 
L’appartement d’Ainash est un vestige de l‘époque soviétique niché dansun immeuble de béton. La jeune femme rêve de s’installer dans un endroit plus moderne. “Le gouvernement met évidemment en place des programmes pour résoudre les problèmes de logement, dit-elle. Mais ils ne sont pas vraiment accessibles. Ils sont très sélectifs et profitent en général aux employés du gouvernement. Il faut vraiment se battre pour obtenir un logement grâce à ces programmes”.
 
Avec les projets immobiliers en cours, Ainash espère que ses rêves se réaliseront. Comme elle, près d’un demi million de personnes se sont installées dans la nouvelle capitale au cours des dix dernières années. La population et la surface de la ville devraient doubler dans les 20 prochaines années.
 
“ Nous travaillerons à la reconstruction et à la modernisation totale des anciens immeubles”, assure Amanjol Chicanaiev, qui supervise l’expansion de la ville, et choisit avec attention les projets architecturaux futurs. “ Afin que ces constructions soient conformes aux standards modernes, dit-il, nous faisons des appels d’offre internationaux”.
 
Les dirigeants Kazakh veulent faire de leur nouvelle capitale un point de rencontre entre l’Europe et l’Asie. Pour y parvenir, le président Nazerbaiev estime que sa ville doit être un symbole de l’architecture moderne. “Je pense que dans 10 ou 20 ans, Astana sera une ville belle et confortable à vivre, et que tout le monde en parlera”, veut croire le président kazakh. 
 
Astana vient juste de fêter ses 12 ans en tant que capitale du Kazakhstan. De nouveaux bâtiments ont été inaugurés, tandis que partout dans la ville, les travaux continuent à vive allure. Ignorant tout de l‘éclatement des bulles immobilières qui a ébranlé les villes les plus solides du monde, de Madrid à Abu Dhabi.