DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Changement climatique: les abeilles ne font plus le même miel

Vous lisez:

Changement climatique: les abeilles ne font plus le même miel

Taille du texte Aa Aa

Giuseppe Miranti est agriculteur dans la région d’Emilie-Romagne , en Italie.

“Il est plutôt inhabituel de voir des porcelets à cette époque de l’année. Les truies donnent normalement naissance aux petits au printemps ou à l’automne, lorsque les conditions climatiques sont meilleures. Les changements climatiques affectent mon travail depuis longtemps.

Nous sommes en juillet, donc ces animaux seront prêts pour aller à l’abattoir en juillet prochain, à un moment où nous savons que nous ne pourrons pas conditionner la viande, parce que les températures seront trop élevées.

En 1998, quand j’ai obtenu mon diplôme d’agriculture, nos professeurs nous ont emmené voir cette plante, que l’on appelle Alianthus ou Noyer américain, pour nous montrer un exemple de plante exogène, typique d’un climat tropical subcontinental. Je l’ai regardée avec attention, parce qu’elle ne faisait pas partie de notre paysage. Aujourd’hui, plus de 10 ans après, cette plante a colonisé notre habitat.

Nous produisons du miel d’acacia grâce aux fleurs de cet arbre, explique Giuseppe Miranti en montrant une branche d’acacia. Mais notre production est mise en danger par celui-ci, dont les fleurs sont beaucoup plus longues et contaminent le miel uniflore, poursuit-il, en désignant une branche voisine. Donc nous ne pouvons plus garder l’appellation “miel d’acacia pur”. Nous devons déclasser le miel et l’appeler simplement “miel de fleurs sauvages”.

Le changement climatique a beaucoup influencé l’activité des abeilles. Ces insectes jouent un rôle clé dans l’agriculture biologique, et pour tout l‘écosystème qui les entoure. Ce sont de petits insectes, qui vivent des signaux et battements du monde extérieur. La lumière, la température, la chaleur, les saisons: tout cela envoie un message précis aux abeilles.

Les hivers doux que nous avons connus ces dernières années font croire aux ruches que le printemps est arrivé plus tôt que prévu. Et cela stresse les abeilles. Et parce que la période de floraison a changé, cela les stresse encore plus.

C’est pour cela que les miels uniflores, comme ceux que l’on obtenait il y a quelques années – comme le miel d’acacia – sont souvent contaminés par d’autres nectars. La ruche n’est pas solide et dynamique, et les abeilles sont forcées de visiter plus de fleurs sur une même période de temps.