DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La justice américaine ne lâchera pas Roman Polanski, libéré par la Suisse

Vous lisez:

La justice américaine ne lâchera pas Roman Polanski, libéré par la Suisse

Taille du texte Aa Aa

Le département américain de la Justice va continuer ses poursuites contre le cinéaste franco-polonais, même si la Suisse a décidé de ne pas l’extrader vers les Etats-Unis.

A 11h30 hier, Roman Polanski a enlevé son bracelet électronique, et a pu quitter son chalet de Gstaad, où les autorités helvétiques l’avaient assigné à résidence.

“Monsieur Polanski a toujours montré une grande décence, une grande dignité, et il est resté absolument silencieux, a déclaré son avocat Hervé Temime. Mais au delà, la situation a été très difficile à supporter.”

Si la nouvelle de la libération de Roman Polanski a été reçue avec soulagement en Europe, de l’autre côté de l’Atlantique, les avis sont partagés:

“Je ne suis pas d’accord, explique un New-Yorkais. Je crois qu’il devrait être extradé vers les Etats Unis. Ce qu’il a fait est absolument abominable.”

“Je suis d’accord avec la décision, dit au contraire un autre. C’est sa vie privée, et tant que deux individus sont d’accord, ca devrait suffire. Je ne pense pas que le gouvernement doive se mêler de ce que les gens font dans leur chambre.”

Le cinéaste a eu en 1977 des relations sexuelles avec une jeune fille de 13 ans. Lors de son procès aux Etats-Unis, en 1978, Roman Polanski avait plaidé coupable mais s‘était enfui à la veille du prononcé du jugement, après un séjour en prison.