DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les revendications de la dissidence cubaine

Vous lisez:

Les revendications de la dissidence cubaine

Taille du texte Aa Aa

Treize juillet 2010, aéroport de Madrid, sept dissidents cubains arrivent en Espagne. Ils font partie du groupe des 75 condamnés a des lourdes peines de prison le printemps 2003. Leur libération est le fruit des négociations entre l‘Église catholique cubaine et Raúl Castro. C’est aussi l’une des promesses que le président cubain avait fait au gouvernement espagnol. Celui-ci prône l’assouplissement de la position commune de l’Union européenne qui conditionne une coopération économique complète avec Cuba, à l’amélioration des droits de l’homme.

“Nous sommes les premiers d’un groupe de dissidents qui vient de rejoindre le sol espagnol après plus de 7 années passées injustement en captivité” dira alors l’un des dissidents, Julio César Gálvez Rodríguez

Mais la libération des prisonniers politiques n’est pas la seule revendication de la dissidence cubaine. Les opposants au régime réclament des réformes démocratiques, dont la liberté de la presse et la liberté d’expression, la suppression de la police politique, en particulier la “section 21”. Ils veulent aussi que soit enterrée la Loi 88, dite “loi muselière”, et qui prévoit une peine de 15 ans pour transmission d’informations aux États-Unis.

L’opposition veut aussi plus de liberté pour voyager à l‘étranger, pour entreprendre, et pour accéder à la propriété privée, ainsi qu‘à internet et aux télévisions câblées.