DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Freeport : le Portugal tourne la page

Vous lisez:

Affaire Freeport : le Portugal tourne la page

Taille du texte Aa Aa

La justice portugaise classe le volet corruption de l’affaire Freeport, dans laquelle le Premier ministre José Socrates était cité.

En 2005, une lettre anonyme l’avait en effet accusé d’avoir monnayé son feu vert à la construction du centre commercial Freeport dans une zone protégée, du temps où il était ministre de l’environnement en 2002.

José Socrates s’est félicité de la victoire de la vérité avant de préciser : “le ministère public a conclu qu’il n’y avait aucune raison d’accuser qui que ce soit au ministère de l’environnement des crimes de corruption, trafic d’influence ou financement illégal des partis.”

Selon la presse portugaise, deux intermédiaires, un Portugais et un Britannique, ont tout de même été mis en accusation pour tentative d’extorsion de fonds auprès du groupe britannique Freeport. La procureur en charge du dossier s’est contentée de confirmer deux inculpations.

Le Portugal semble donc en avoir fini avec l’affaire Freeport. L’enquête britannique avait elle été bouclée en novembre.